Territoires Metz

L’art sublime le béton du centre psychiatrique de Jury

Mots clés : Béton

Le béton apporte le support à la « mission d’accompagnement culturel » inscrite dans le règlement du concours du nouveau centre hospitalier psychiatrique de Jury, en périphérie de Metz. Plutôt qu’une fresque dans un hall d’entrée, le maître d’ouvrage et le cabinet lauréat Richter Architectes et Associés ont donné carte blanche à l’artiste-peintre Grégoire Hespel pour valoriser la coque en béton de 30 centimètres d’épaisseur qui enveloppera l’établissement d’accueil de jour. « C’est elle qui donne son identité au bâtiment », appuie l’architecte Jan Richter.

En guise de pinceau, l’artiste manipule un Karcher pour donner une forme expressive aux voiles. Il indique « jouer notamment sur la variation d’intensités de l’attaque, jusqu’à faire apparaître les cailloux aux coloris variés, qui sont d’ordinaire cachés par la laitance ».
Prototype. Chargée du gros œuvre, l’entreprise Demathieu Bard a procédé à de nombreux essais de formulation, texture et coffrage. Un prototype a également été mis au point. Ces phases préalables ont abouti à la conclusion qu’un béton tout juste débanché, de ce fait « frais » et d’une teinte encore verdâtre, se prêterait le mieux à l’expression artistique. Une lasure incolore protège l’intégrité de la création.
Grégoire Hespel achèvera son intervention dans les prochaines semaines en même temps que le gros œuvre, avant la livraison dans un an de l’opération de 8 millions d’euros TTC pour un peu plus de 2 000 m2 de surface plancher.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X