Autres

L’ART DES JARDINS, MONUMENTS VIVANTS

Mots clés : Manifestations culturelles

Le Grand Palais propose un parcours pluridisciplinaire sur la fascination artistique exercée par les jardins, de la Renaissance jusqu’à nos jours. Une plongée retraçant six siècles de création autour du jardin et de ses paysages.

« Jardins » est une exposition qui s’apprécie à la manière d’une balade impressionniste avec ses découvertes, ses coups de cœur, ses détours, mais aussi ses impasses. Les 400 œuvres disséminées sur deux niveaux du Grand Palais, à Paris, témoignent du caractère extrêmement fécond de ce thème pour les créateurs. Puisant dans la peinture, la littérature, l’archéologie, la botanique, le cinéma, le paysagisme, ou l’art contemporain, les commissaires proposent un parcours d’une grande richesse qui se déploie de la Renaissance à aujourd’hui. Le jardin apparaît à la fois comme matière première (à travers notamment une riche sélection d’herbiers), source d’inspiration, sujet d’une œuvre, voire création à part entière. L’exposition, qui donne la part belle à l’art, laisse un peu sur sa faim quant à une approche plus savante. Les textes d’accompagnement sont trop succincts. Et l’on regrettera la place accordée aux pièces de grands joailliers (dont un des mécènes de l’exposition) : les broches, clips d’oreilles et autres poudriers apparaissent hors sujet.

Ces précisions faites, on ne saurait bouder son plaisir. La réussite de l’accrochage tient à la variété des pièces. Outre les nombreux dessins, peintures et photographies, sont présentées des pièces de verre, papier de soie, céramique, bois, écorces… Surtout, deux nuanciers révèlent la fascination exercée par la nature sur les artistes. Dès l’entrée, le plasticien japonais Koïchi Kurita a disposé au sol 400 carrés d’extraits de terres, soit autant d’ocres, jaunes ou bruns de la région de la Loire. Plus loin dans le parcours sont exposées quelques feuilles du Répertoire pour aider à la détermination des fleurs, des feuillages et des fruits , publié en 1905 à la Société...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 260 du 17/05/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X