Evénement

L’ARCHITECTURE PSYCHIATRIQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE ?

Mots clés : Architecture

Depuis le XIXe siècle, les établissements psychiatriques ont été marqués par une architecture spécifique liée aux idéologies structurant la discipline. Aujourd’hui ce programme fait l’objet d’interprétations plus libres – jusqu’à ne plus être identifiable dans le paysage urbain -, tout en accordant un soin particulier au traitement sensoriel des espaces intérieurs.

mettait en lumière le renouveau de la production architecturale dans le secteur de la psychiatrie, dû aux nouvelles politiques de santé mentale et à la fin des idéologies (de l’aliénisme à l’antipsychiatrie). Désormais libérée de tout carcan, l’image architecturale des établissements psychiatriques se diversifie jusqu’à effacer la fonction des édifices. Tous les acteurs s’accordent maintenant sur ce point : il n’y a plus de plan type pour l’architecture psychiatrique(2) . « Etant donné le temps qu’il faut pour concrétiser un projet, lorsque le bâtiment est achevé, l’architecture est, de toute façon, décalée par rapport à la théorie du soin en vigueur », constatait le docteur Jean-Charles Pascal, psychiatre hospitalier à l’établissement public de santé Saint-Erasme, à Antony (Hauts-de-Seine).

Binôme historique

Ce phénomène se vérifie dans de nombreux pays. Le centre de pédopsychiatrie de la préfecture d’Hokkaido, livré il y a déjà dix ans au Japon (Sou Fujimoto arch.), l’illustre : constitué d’une agrégation aléatoire de petits volumes cubiques blancs de mêmes dimensions formant une sorte de village pour enfants, il pourrait tout aussi bien passer pour un centre de loisirs. Les volumes, à distance les uns des autres, abritent les chambres, les salles de soins, de réunion, des petits salons de lecture. Dans les interstices se glissent les lieux de vie collective. Décloisonnés, ces derniers forment un continuum spatial qui permet aux enfants de déambuler librement entre les modules, sur l’ensemble du rez-de-chaussée. Les architectes prennent grand soin de ces espaces destinés à des personnes fragiles et hypersensibles à leur environnement. « Le contexte de la psychiatrie, où les sens sont particulièrement mis à l’épreuve, permet d’imaginer des dispositifs qui alimentent une réflexion architecturale globale », explique Donato Severo, architecte et enseignant à l’Ensa Paris-Val de Seine, coorganisateur du colloque. La qualité des collaborations entre la maîtrise d’ouvrage, la maîtrise d’usage et la maîtrise d’œuvre est ici généralement réussie. Le docteur Christian Müller, psychiatre hospitalier à l’établissement public de santé mentale de l’agglomération lilloise, affirme ainsi : « Architectes et professionnels de la psychiatrie, nous travaillons ensemble à la réalisation d’établissements spécialisés avec une grande attention aux personnes qui y seront soignées ; d’autant plus que nous sommes tous susceptibles de nous trouver un jour à leur place .» En effet, d’après l’Organisation mondiale de la santé, une personne sur quatre souffre de troubles mentaux ou neurologiques au cours de son existence.

Le binôme architecture et psychiatrie se forme au tournant du XIXe siècle, alors que les troubles mentaux viennent à être considérés comme curables et qu’il devient possible d’inscrire les personnes dans une démarche thérapeutique. Après avoir été pendant des siècles enchaînés dans les hospices généraux, les dépôts de mendicité et les prisons, les « insensés » vont être logés dans des lieux spécifiques, les asiles d’aliénés, implantés hors des villes, espaces clos conçus pour les isoler de la société, loin de leur famille, en contact avec la nature bienfaisante. Dès l’origine, les bâtiments sont considérés comme des outils thérapeutiques. Considérant que « le plan d’un hospice d’aliénés n’est point une chose indifférente que l’on doit abandonner aux architectes », l’aliéniste Jean-Etienne Esquirol, à l’origine de l’organisation de la psychiatrie en France, édicte les...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 258 du 17/03/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X