Régions Pays de la Loire

L’architecture fait (enfin) sa rentrée des classes

Mots clés : Architecture - Contrat de projet Etat-région - Gares, aéroports - PME - Transport maritime

2 M€ Augmentation annuelle de la dotation de l’Etat pour le dragage du Grand Port maritime de Nantes – Saint-Nazaire.

38 M€ Montant des crédits supplémentaires pour les PME et les territoires ruraux après la révision du CPER en Bretagne.

+ 17 % 676 écoprêts à taux zéro émis au 2e trimestre 2016 dans les Pays de la Loire. Montant moyen : 16 900 €.

C ‘est l’une des 30 mesures du vaste catalogue de bonnes intentions annoncées dans la Stratégie nationale de l’architecture, rendue publique en 2015 par Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture. Alors que les ministres passent, les bonnes idées restent. Ainsi en est-il de la Journée nationale de l’architecture dans les classes, expérimentée dans les Pays de la Loire en novembre. Le ministère a confié cette mission au Réseau des maisons de l’architecture, et plus particulièrement à l’Association régionale pour la diffusion et la promotion de l’architecture (Ardepa), une des deux maisons de l’architecture ligérienne, en pointe sur les actions pédagogiques. « Cette journée doit permettre aux futurs citoyens que sont les enfants de s’approprier leur espace quotidien », explique l’architecte Pierrick Beillevaire, vice- président de l’Ardepa.

Courant juin, l’Ardepa et le Rectorat ont d’abord lancé un appel à candidatures. Bonne surprise, 91 architectes et 88 enseignants ont joué le jeu. « Au total, 2 500 élèves de CM1 et CM2 ont pu participer », se félicite Camille Picot, en charge du projet au sein de l’Ardepa. Concrètement, l’événement s’est tenu en deux demi-journées : dans un premier temps, les élèves ont décrypté un site alliant une lecture urbaine et architecturale, puis ils ont produit des maquettes en classe. « Afin de guider l’intervention du binôme architecte-enseignant, nous avons créé deux outils pédagogiques : une cartographie du site visité avec trois frises – temporelle, sensible et citoyenne – permettant une lecture croisée de l’espace public et des bâtiments, ainsi qu’un kit d’éléments en bois pour les maquettes », explique Camille Picot. Une restitution des travaux réalisés dans les classes a donné lieu à une exposition qui se tient à l’école nationale supérieure d’architecture (Ensa) de Nantes jusqu’au 10 décembre.

Approche pédagogique transversale. Comme pour les 87 autres classes, les maquettes de l’école d’Entrammes y sont présentées dans une scénographie étonnante imaginée par l’agence Bl.am. Dans cette petite ville de Mayenne de 2 200 habitants, les élèves se sont intéressés au centre-bourg. « Pour la lecture de l’espace public, nous nous sommes intéressés sur les usages, et les élèves ont ensuite réalisé des maquettes de bâtiments que nous n’avions pas, comme une piscine », raconte Sébastien Jourdan, enseignant. « Jusque-là, l’architecture n’était abordée que du point de vue artistique, et très succinctement. Cette journée nous permet une approche pédagogique transversale car cette discipline est au carrefour de plusieurs matières comme l’histoire, la géographie, l’art, les sciences, etc. », ajoute-t-il.

Grande oubliée des programmes scolaires, l’architecture se révèle être un excellent support pédagogique. Audrey Azoulay, l’actuelle ministre de la Culture, en est persuadée puisqu’elle a annoncé la généralisation de cette journée à la France entière dès l’année prochaine. « Tout est prêt. Nous avons conçu ce projet pour qu’il soit reproductible facilement dans d’autres régions », assure Pierrick Beillevaire.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X