Territoires Manche

L’architecture du nautisme selon Jean-Marc Viste

Mots clés : Architecture

De l’art de provoquer une émotion par la simplicité. De Granville à La Hague en passant par Barneville-Carteret, les bâtiments de nautisme signés Jean-Marc Viste constituent tous une valeur ajoutée au paysage marin. Pour autant, l’architecte originaire de la Manche, dont l’Atelier Nord Sud (Paris) conçoit aussi bien des logements (collectifs et individuels) que des médiathèques ou des écoles, rejette d’emblée la notion de spécialité. « En revanche, ces bâtiments dédiés à la voile ont une spécificité intéressante, développe-t-il. Ce sont souvent de petits programmes (de l’ordre de un million d’euros) avec une vraie complexité, puisqu’il faut jouer à la fois avec l’échelle du bateau et celle du pratiquant, et, en même temps, répondre à des exigences spatiales. L’espace de stockage est brut, le vestiaire confiné et soumis à l’eau, enfin le club house doit être un lieu cosy, avec vue sur mer, où chacun aurait envie d’habiter. Pour couronner le tout, ces équipements prennent, bien sûr, place dans des endroits exceptionnels qu’il est impératif de respecter. »

Geste architectural interdit.

La toute récente base nautique de Barneville-Carteret, inaugurée au printemps 2015, livre une parfaite synthèse de ces enjeux architecturaux bien particuliers. Positionné en proue, le bâtiment ne devait en aucun cas neutraliser l’accès au site : il fallait préserver le chemin côtier. A marée basse, le promeneur a donc toujours le loisir de longer la grève en passant sous la base. Et à marée haute, il peut profiter du toit-terrasse, traité comme un espace public. « Dans le cas présent, la mission première de l’architecte est de mettre une construction et un site en corrélation, résume Jean-Marc Viste. La commune prend un risque – chaque permis donne lieu à une discussion sans fin -, il convient donc de lui renvoyer une image valorisante d’elle-même. C’est pourquoi il est interdit de succomber aux sirènes du geste architectural. »

C’est, au contraire, la finesse d’écriture qui va créer l’événement par une sorte d’évidence, comme sur ce modeste projet (100 m2) de bâtiment de stockage de voiles du centre régional de nautisme de Granville, dont la forme cylindrique et l’aspect à la fois laiteux et translucide donné par le verre dépoli font penser à une méduse échouée. Ce petit bijou, distingué par les conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) bas-normands, n’aurait pas déparé au palmarès de l’Equerre d’argent. « A l’Atelier, nous dessinons beaucoup et nous réalisons énormément de maquettes », précise celui qui se présente comme un « architecte-artisan ». Un artisanat dont Jean-Marc Viste se fait le défenseur jusque dans le choix de ses matériaux : « J’essaie de convaincre les artisans de leur capacité à faire et d’éviter autant que possible de passer par les industriels, qui imposent des tarifs de plus en plus délirants. C’est une vraie question : plus vous dépensez dans les produits industriels, plus vous appauvrissez l’architecture. » Jean-Marc Viste travaille en ce moment à la réalisation de la base nautique de Luc-sur-Mer (Calvados), juste à côté du casino. « Un petit morceau de ville en soi, face au nord cette fois. » Un challenge comme il les aime.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X