Enjeux Formation

L’apprentissage a mangé son pain noir

Mots clés : Apprentissage - Apprentissages - Entreprise du BTP

A la rentrée 2016, le nombre d’apprentis entrant dans le secteur du BTP s’est stabilisé après avoir dégringolé pendant près de dix ans.

L’apprentissage est-il enfin sorti de l’ornière ?

Une forte hémorragie. C’est ce qu’a subi l’apprentissage dans le secteur de la construction, depuis 2007. La chute est en effet vertigineuse. Dans les 76 centres de formation des apprentis (CFA) gérés directement par le CCCA-BTP, les effectifs sont ainsi passés de 61 832 jeunes à 36 739 au 1er octobre 2016, soit une amputation de 40 % du contingent. La crise est passée par là. Mais, en cette rentrée, la situation semble amorcer un début de redressement, probablement à la faveur de la reprise économique que connaît le secteur. Ainsi, dans les 118 CFA conventionnés par le CCCA-BTP (les 76 CFA, ainsi que 42 établissements associés), le nombre de recrutements en première année de CAP diminue de seulement 0,3 % par rapport à la même période l’an dernier (les effectifs globaux diminuant, eux, de 5,2 %). « On observe un arrêt de la dégradation au titre de la première année pour les niveaux CAP, note Armel Le Compagnon, président de la Commission formation et vice-président de la FFB. Ce phénomène devrait se reporter sur les années suivantes. » Toutefois, les différences régionales en termes d’évolution des effectifs demeurent importantes, comme en rend compte la carte ci-dessous, mais aussi les pages suivantes, qui proposent un tour de France de l’apprentissage.

Après la crise, une nouvelle dynamique. Après cette véritable « claque », les coordonnateurs de l’apprentissage espèrent bien sûr profiter d’un éventuel regain d’activité économique dans les mois à venir. Mais ils souhaitent aussi profiter de l’occasion pour se remettre en cause. A ce titre, le CCCA-BTP met toutes les options sur la table (lire l’interview de son président, Jean-Christophe Repon, ci-contre) . Objectif numéro un : attirer les jeunes en faisant évoluer l’image du secteur et des centres de formation des apprentis. Une volonté en harmonie avec la vision de l’apprentissage du cabinet de Clotilde Valter, secrétaire d’Etat chargée de l’Apprentissage. « Le secteur de la construction souffre depuis longtemps d’un déficit d’image, mais cette situation va évoluer car la technologie prend de plus en plus de place dans l’acte de construire, explique l’entourage de la ministre. Le meilleur moyen pour une PME d’intégrer une technologie à moindre coût, c’est de recruter un jeune qui y a été formé durant son cursus ! » « Une nouvelle dynamique est en marche, nous allons pouvoir relancer la machine de l’apprentissage sur des bases différentes », se félicite pour sa part Armel Le Compagnon.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

A la rentrée 2016, le nombre des entrants cesse enfin de chuter

Le nombre d’apprentis recrutés en première année de CAP dans les 118 CFA du réseau CCCA-BTP a stagné à la rentrée 2016 (- 0,3 %), après avoir connu près de dix ans de baisse. Si l’on ne tient compte que des 76 CFA gérés directement par le CCCA-BTP, la baisse se chiffre à – 2 % par rapport à octobre 2015. La carte ci-contre illustre les différences régionales, entre le + 21,1 % de l’Auvergne et le – 12,6 % de Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca).

ENCADRE

- 40 %

– 40 % d’apprentis depuis 2007.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X