Grand Paris Aménagement

L’appel à projets « Réinventer Paris » fait des petits

L’appel à projets urbains innovants « Réinventer Paris » fait des émules. Au second semestre 2016, pas moins de trois consultations inspirées de l’initiative parisienne seront lancées, sans oublier « Réinventer la Seine », dont le coup d’envoi a été donné le 14 mars, à Rouen. C’est d’ailleurs ce jour-là que le Premier ministre, Manuel Valls, et le président de la métropole du Grand Paris (MGP), Patrick Ollier, ont annoncé par voie de communiqué l’organisation du concours international « Les hubs du Grand Paris », dont le dispositif a été détaillé le lendemain, au Mipim, par le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Objectif visé : « Faire appel à des talents français et internationaux pour penser l’aménagement des futurs quartiers de gares du Grand Paris Express ». Deux séries de sites seront concernées : les hubs (14), qui regroupent les gares dont la visibilité internationale est liée à la proximité d’un aéroport, d’un grand quartier d’affaires ou d’un pôle de recherche, et les « territoires innovants de la métropole » – les quartiers de gare insérés dans la ville existante. Patrick Ollier présidera le comité d’organisation, le pilotage du concours – auquel sera associé Grand Paris Aménagement – étant assuré par la préfecture de région, la Société du Grand Paris et la MGP. Cette consultation sera développée en lien avec l’appel à projets « Inventons la métropole », présenté le mois dernier par Patrick Ollier. « C’est une façon de donner de la visibilité à la métropole », explique-t-il. Un séminaire consacré à ce sujet se tiendra le 23 mai.

« Dessine-moi le Grand Paris… »

Le conseil régional, enfin, n’est pas en reste. Au moment même où tombait le communiqué de Matignon, sa présidente, Valérie Pécresse, dévoilait les grandes lignes de « Dessine-moi le Grand Paris de demain », appel à projets innovants de développement urbain et rural, qui s’étendra à toute la région. « Pendant la campagne, nous avons défendu l’idée de redessiner l’Ile-de-France. La grande banlieue a droit a du beau », a-t-elle rappelé. Interrogée sur le risque de télescopage entre ces consultations, elle a répondu que « l’arrivée simultanée de projets similaires fera prendre conscience du bazar institutionnel qu’est l’Ile-de-France ! ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X