Actualité

L’anneau de la mémoire

Ils sont tous là, inscrits par ordre alphabétique sans distinction de nationalité, les noms des 600 000 soldats tombés au combat, en Flandre française et en Artois, entre 1914 et 1918. C’est près de Lens (Pas-de-Calais), à quelques pas de la Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette – le plus grand cimetière militaire de France – que l’architecte Philippe Prost a donné la forme d’un anneau gigantesque au Mémorial international qui doit être inauguré le 11 novembre par François Hollande. Cette ellipse de béton ultra-haute performance de 327 m abrite en son sein quelque 500 panneaux gravés en acier doré. Ce monument, nominé aux Prix d’architecture 2014 du Moniteur (voir page 12), a été commandé par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre (entreprise : Eiffage).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X