Architecture Technique Régulation

L’an I des thermostats intelligents

Figures de proue du secteur, Nest et Qivivo choisissent des orientations différentes.

Les articles de presse les ont déjà opposés à moult reprises. Et dans le hall 3 du Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte, chacun aura son stand : F62 pour la firme américaine Nest, G66 pour son concurrent français Qivivo. Il semble que l’on ait déjà tout écrit sur leurs produits respectifs, ces deux thermostats intelligents commercialisés depuis environ un an. Chaque firme proposera son système pilotable à distance, mais aucun d’entre eux ne possède encore cette capacité à s’adapter au comportement de l’habitant sans que celui-ci soit obligé d’intervenir.

Pour le moment, Nest et Qivivo sont seuls. Ils n’ont pas d’autres concurrents en France. Si leurs équipements présentent des différences – le premier possède une interface plus attractive, le second peut gérer des radiateurs électriques -, les deux sociétés se distinguent radicalement dans leur approche du marché. Nest vise avant tout les particuliers désireux de contrôler leur chaudière. « Nous ne nous dirigeons pas vers la vente aux entreprises », confirme Lionel Paillet, directeur Europe de la société. La filiale de Google mise sur les interactions possibles entre les différents appareils de sa gamme pour générer des ventes. En outre, la plate-forme Nest Weave fournit aux développeurs les moyens de créer des objets intégrables au réseau de la marque. « Un an après le lancement de ce programme, nous comptons une quarantaine d’équipements d’autres constructeurs », note le directeur Europe.

Les industriels gardent l’avantage sur l’innovation

.

Pour sa part, Qivivo construit autour de son dispositif des services informatiques dédiés au secteur du bâtiment. Une fois posé, il dresse automatiquement un diagnostic thermique de l’habitat environnant. « Entre 10 et 15 % des utilisateurs ont effectué des travaux de rénovation à la suite de cette analyse », souligne Minh Lê, directeur marketing de Qivivo. La jeune entreprise a par ailleurs lancé une plate-forme Internet qui agrège les mesures de plusieurs thermostats. Un bailleur peut ainsi connaître les dépenses énergétiques d’un immeuble entier et contrôler leur évolution dans le temps.

Si ces équipements s’accordent bien avec des chaudières anciennes, les derniers produits sortis en matière de production de chaleur se passent de leurs services. Les générateurs hybrides (voir p. 76) possèdent déjà un système de régulation intégré. En outre, aucun des deux systèmes ne peut contrôler la modulation de puissance du brûleur quand cette fonction existe. ELM Leblanc (hall 1 – stand D111) sera le seul industriel à exposer un thermostat doté de cette capacité, l’ELM Touch. « Il sera compatible avec tout notre catalogue, et même avec certains produits plus anciens », précise Hugues Roudière, directeur marketing de Bosch Thermotechnologie. Pour les technologies les plus récentes, les constructeurs conservent donc une longueur d’avance.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X