Autres Lisbonne

L’aménagement des espaces publics au cœur d’une renaissance urbaine

Mots clés : Innovations - Risque sismique

Pour la seconde fois de son histoire, la capitale portugaise parie sur les espaces publics pour échapper à la ruine. Comme le séisme de 1755, la crise démographique de la fin du xxe siècle stimule l’innovation urbaine.

Dans la recette anticrise de Lisbonne, les espaces publics jouent le rôle de l’exhausteur de goût : « Moins chers que les bâtiments, plus faciles à améliorer, ils constituent un levier puissant pour attirer l’investissement privé », justifie Manuel Salgado, adjoint au maire à l’urbanisme de la capitale portugaise. Concepteur du site de l’Exposition universelle de 1998, devenu depuis lors une nouvelle entité urbaine, cet architecte urbaniste a posé ses crayons après 2007, pour mieux « dessiner la ville avec les mains des autres ». Arrivée aux commandes à la faveur d’élections de mi-mandat provoquées par la faillite de ses prédécesseurs, l’équipe municipale socialiste, régulièrement reconduite depuis lors, a hérité d’une situation dramatique : en trente ans, la population était passée de 850 000 à 550 000 habitants. Le centre-ville n’accueille plus que 18 000 rescapés sur 55 000. « Lisbonne entrait dans un processus de ruine, faute d’usage », analyse Gonçalo Byrne… L’architecte portugais y voit le résultat ultime du monofonctionnalisme : la désaffection du logement, fonction dominante, entraîne dans son sillage...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 390 du 27/06/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X