Dossier Enjeux

L’alpha et l’omega du bâtiment vertueux

Concevoir en limitant les impacts d’un bâtiment sur les ressources et l’environnement tout au long de sa vie, tel est l’objectif de l’analyse du cycle de vie (ACV). En vue d’une application prochaine, cette méthode est actuellement en phase de perfectionnement.

Il n’y a plus qu’à. Apprendre à construire autrement. Nul n’a attendu l’issue de la COP21 pour en comprendre la nécessité : l’environnement, les ressources et a fortiori le climat sont notablement dégradés par le secteur du bâtiment. En France, il est responsable de 45,1 % de la consommation énergétique finale et de 24 % des émissions de CO2 dues à la consommation d’énergie (*). Il est donc urgent de réagir. D’une part, en rénovant le parc existant (via l’objectif gouvernemental de mener 500 000 rénovations énergétiques par an) ; d’autre part, en adoptant pour concevoir un bâtiment neuf une méthode qui permette d’appréhender l’ensemble des effets liés à son existence – depuis sa construction proprement dite jusqu’à sa démolition, sans oublier ses phases d’exploitation et d’entretien – de manière à en limiter autant que possible les impacts environnementaux. Cette approche, dite d’analyse du cycle de vie (ACV), est, depuis près d’une décennie, en cours de structuration pour une application dans le bâtiment et connaît actuellement des accélérations importantes aux échelons français et européen. Mais en quoi consiste-t-elle exactement ?

L’ACV est un processus d’étude itératif défini par les normes NF EN ISO 14040 et 14044, qui comporte quatre étapes : définition des objectifs et du champ de l’étude, inventaire, évaluation de l’impact et interprétation. Il vise à établir un profil environnemental objectif et multicritère du sujet d’étude, qu’il s’agisse d’un bien (produit de construction, bâtiment) ou d’un service (énergie, eau, etc.).

Un outil décisionnel

L’ACV se décline en différentes normes sectorielles : EN 15804 pour les produits de construction et surtout EN 15978, qui décrit les modalités d’analyse appliquées à un bâtiment, en recensant l’ensemble des produits, processus et services afférents. Concrètement, elle s’effectue au moyen d’outils logiciels spécifiques, dont il existe différentes versions sur le marché (lire article p....

Vous lisez un article de la revue CTB n° 349 du 11/03/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X