Territoires Plaine Commune

L’agglomération à la croisée des chemins

Mots clés : Etat et collectivités locales - Sport

Depuis la Coupe du monde de football, le territoire s’est transformé. Et dispose de nombreux atouts pour poursuivre son développement. La création de la métropole du Grand Paris vient rebattre les cartes.

Pour les élus de Plaine Commune, les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas. Le 5 novembre, l’ambiance est festive. Le comité de candidature Paris 2024 a retenu le site de Pleyel-Bords de Seine pour l’accueil du village olympique. Le 13 novembre, la joie cède la place à la sidération avec les explosions aux abords du Stade de France, les attentats à Paris, puis l’assaut donné par le Raid dans le centre-ville de Saint-Denis quelques jours plus tard.

Après le temps du recueillement, les projets reprennent leur cours. Des échéances importantes attendent les responsables de l’agglomération, à commencer par la finalisation du dossier de candidature, qui comporte deux étapes intermédiaires – février et octobre 2016 – avant le dépôt final en février 2017. Le Comité international olympique rendra sa décision en septembre 2017, à Lima. Après le retrait de Hambourg, Paris ne compte plus qu’un concurrent sérieux : Los Angeles.
Si le village des athlètes voit le jour, il aura un effet levier sur le développement de l’agglomération. Son impact sera sans doute moins fort que celui du Stade de France. Depuis la Coupe du monde de football de 1998, le territoire s’est beaucoup transformé. Il constitue l’un des espaces majeurs de mutation urbaine d’Ile-de-France. Quelque 50 000 emplois ont été créés en dix ans, de grandes entreprises – SFR, la SNCF et bientôt Veolia – choisissant d’implanter leur siège dans la Plaine Saint-Denis. Plaine Commune fait aussi figure de très bon élève en termes de construction de logements : 3 200 mises en chantier par an en moyenne. Dans les années à venir, le renforcement du maillage en transports en commun confortera cette dynamique grâce aux mises en service de la Tangentielle légère Nord (en 2017), du prolongement de la ligne 12 du métro (2019) et des quatre lignes du Grand Paris Express – 14, 16 et 17 (2023-2024), 15 Est (2025) et 15 Ouest (2027) – qui se croiseront à la gare Saint-Denis Pleyel. Six autres gares du futur métro automatique sont programmées sur le territoire, autour desquelles devraient émerger de nouvelles centralités à l’horizon 2030-2035.

La délicate redistribution des compétences.

A plus court terme, d’ici à la fin du mandat, les élus, sans freiner le développement du sud de la Plaine Saint-Denis, veulent mettre l’accent sur le nord du territoire. Autre priorité : la redynamisation du centre-ville de Saint-Denis. Cette inflexion s’inscrit dans un contexte budgétaire et institutionnel incertain. La baisse des dotations entraîne un recul des investissements, qui n’est pas encore précisément chiffré, la collectivité ne prévoyant de voter son budget qu’en avril. Cette diminution des financements de l’Etat se télescope avec la mise en place de la métropole du Grand Paris, le 1er janvier 2016. Plaine Commune, dont le périmètre reste inchangé, va se transformer en établissement public territorial (EPT) avec, à la clé, un nouveau statut juridique et une redistribution des compétences. Pour trois d’entre elles – aménagement opérationnel, habitat et développement économique -, il y aura partage avec la métropole. Les projets, selon qu’ils seront reconnus ou non d’intérêt métropolitain, relèveront de l’une ou de l’autre. De la définition de cet intérêt métropolitain, qui doit être arrêtée d’ici à la fin 2017, dépendra le pouvoir d’action de Plaine Commune dans ces trois domaines d’intervention. Pour ses élus, c’est une nouvelle page qui s’ouvre, indécise mais riche en potentialités.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Plaine Commune en quelques dates

1985 : création du syndicat mixte Plaine Renaissance (Saint-Denis et Aubervilliers) qui élabore le projet urbain de la Plaine Saint-Denis.
1999 : création de la communauté de communes avec Aubervilliers, Epinay, Pierrefitte, Saint-Denis et Villetaneuse.
2000 : entrée en vigueur de la communauté d’agglomération.
2003 : adhésion de L’Ile-Saint-Denis et de Stains.
2005 : adhésion de La Courneuve et élection de Patrick Braouezec à la présidence de Plaine Commune.
2013 : Saint-Ouen rejoint Plaine Commune.
22 janvier 2014 : signature avec l’Etat du contrat de développement territorial (CDT) « Territoire de la culture et de la création ».

ENCADRE

Les chiffres clés

414 800 habitants
47,4 km
2 de superficie
40 %
du territoire en mutation

(en cours ou à l’étude)

4 200 logements

objectif annuel de production inscrit dans le contrat de développement territorial

24 quartiers Anru
47,5 % de logements sociaux
43 000 étudiants
200 000 emplois
2 100 000 m 2 de bureaux
510 M€ de budget en 2015, dont 80 M€ en investissement

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X