Architecture Façades

L’acoustique, parent pauvre de l’isolation

Mots clés : Bruit

La priorité est souvent donnée à la performance thermique au détriment de l’acoustique. Pourtant, des solutions permettent de concilier les deux.

Les concepteurs privilégient encore trop souvent l’efficacité énergétique au détriment de l’acoustique. « Or, un bâtiment doit aussi être conçu, rénové et géré pour le confort des habitants », réagit Jean-Baptiste Chéné, responsable de la division essais acoustiques du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). La première réglementation acoustique dans l’habitat date pourtant de 1969. Puis la loi Grenelle 2 du 10 juillet 2010 a imposé la production d’une attestation spécifique pour les bâtiments d’habitation et certains tertiaires (hôtels, établissements de santé, dortoirs scolaires) construits depuis 2013.

Cette réglementation porte sur le neuf mais, depuis l’été dernier (décret n° 2016-798 du 14 juin 2016), les réhabilitations en zones bruyantes sont aussi concernées en cas de travaux importants : rénovation énergétique globale et travaux de réfection de toiture, changement ou création de parois vitrées, de portes donnant sur l’extérieur. Il s’agit de ne pas dégrader les performances initiales. « La réglementation impose une obligation de résultat mais pas de moyens, car le contrôle se fait par des mesures sur site une fois le bâtiment édifié », note Jean-Baptiste Chéné. Un arrêté du 30 juin 1999 indique les valeurs jugées nécessaires pour garantir la qualité acoustique minimale d’un bâtiment.

Une non-conformité dans 60 % des cas. Pour le Centre d’études...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5895 du 11/11/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X