Territoires Boulogne-Billancourt

Kengo Kuma s’inspire de l’origami pour l’extension du musée Albert-Kahn

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie

La pose de la première pierre du nouveau bâtiment du musée Albert-Kahn de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma, a eu lieu le 2 avril. Synthèse entre Orient et Occident, ce nouvel édifice (R + 2, 2 300 m²), interprété comme un origami – objet de l’art du papier plié -, se présente comme un espace ouvert, rythmé par de fins écrans qui orientent la vue, favorisant à la fois la déambulation et la contemplation du jardin (la surface d’exposition est augmentée de 60 %). Kengo Kuma a insisté, lors de la présentation, sur l’importance du lien entre jardin et bâtiment.

Ce nouveau bâtiment abritera le parcours permanent du musée. Les collections issues des célèbres Archives de la planète d’Albert Kahn seront organisées autour de quatre pôles thématiques : géographie, ethnologie, voyage, actualité. Il abritera aussi les expositions temporaires, un centre de ressources documentaires, un espace découverte pour les familles, une librairie-boutique, un restaurant et un salon de thé en terrasse. Le jour de la pose de la première pierre a aussi eu lieu la cérémonie de bénédiction (Jyotoshiki) des deux pavillons japonais (toitures 59 et 66 m², intérieurs 35 et 44 m²). Construits peu avant 1900, devenus très rares, ils sont actuellement en restauration sous la maîtrise d’œuvre de Guy Latour Kurashige, architecte mandataire.

Restauration par démontage-remontage.

Débutée en septembre 2014, cette restauration, qui doit se terminer en septembre prochain, a adopté le démontage-remontage, une méthode traditionnelle japonaise. Les papiers et bois sont importés du Japon (cyprès et cèdre rouge), la main-d’œuvre est nippone (Yamamoto Kogyo Ldt). Investissement : 1 million d’euros.

Parallèlement à cette construction neuve, sept bâtiments (le domaine fait 4 ha) vont être rénovés. Notamment la serre 1900 et la « grange vosgienne », futurs espaces d’exposition dédiés à l’art des jardins. La galerie d’exposition sera transformée en auditorium (100 places). Investissement pour ces bâtiments rénovés et le nouveau bâtiment (total : 4 600 m²) : 27,8 millions d’euros TTC, financés par le département des Hauts-de-Seine. Livraison : fin 2017, printemps 2018 pour les espaces d’exposition.
Il s’agit de créer un parcours de référence pour restituer l’œuvre humaniste d’Albert-Kahn et, ajoute Patrick Devedjian, président (LR) du conseil départemental, « mieux accueillir les visiteurs (plus de 100 000 chaque année), mieux protéger le site, et donner au public toutes les clés pour comprendre l’histoire et la vocation originelle de ce lieu, désormais inscrit au titre des Monuments historiques depuis le 16 décembre 2015 ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Maître d’ouvrage : département des Hauts-de-Seine. Architecte mandataire : Kuma & Associates Europe. Paysagiste : Michel Desvigne. Acousticien : Peutz. Economiste : Lucigny-Talhouët. BET : Hydratec (hydrologie), AIA Ingénierie (structure), Setec Bâtiment, VP & Green Engineering (enveloppe). Scénographe : Ducks Scéno.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X