Territoires

Jura Un chantier monument historique modèle à Salins-les-Bains

Mots clés : Conservation du patrimoine

A Salins-les-Bains, les techniques traditionnelles s’en donnent à cœur joie : sous la maîtrise d’œuvre du lyonnais Atelier Cairn (Paul Barnoud et Florie Prokl-Bellet), la Ville entreprend la reconstruction de la « Maison du grand puits » qui servit un temps de casino. Ce joyau du XVe siècle, classé monument historique, avait été détruit par un incendie en 2007.

L’entreprise jurassienne Nouveau a achevé, cet automne, la reconstitution à l’identique de la partie haute, une opération effectuée sous un gigantesque parapluie de protection contre les intempéries. Agrémentée d’un clocheton comtois, la vaste pièce dresse sa majestueuse charpente en chêne régional aux dimensions éloquentes : 17,5 mètres de portée, 13 mètres de haut, des sections jusqu’à 30 x 34 cm et des chevrons de 10 x 12 cm. « Les 108 m3 ont été assemblés par les techniques traditionnelles de tenons et mortaises. Nous les avons levés à l’ancienne, sans grue. Seul le treuil électrique a remplacé l’ancien outil manuel », décrit Stéphane Goubet, chef de chantier charpente de Nouveau.

Conception sur mesure.

Les pentes de la charpente ont représenté un défi à double titre : leur déclivité supérieure à 45 degrés et leur asymétrie, correspondant à la configuration d’origine. La PME y a répondu par une conception sur mesure, avec traçage au réel des épures. Par ailleurs, l’entreprise Piantanida a repris les maçonneries, et Pateu & Robert a posé la couverture en tuiles anciennes à dimensions irrégulières.

Le contemporain imprègne, en revanche, la salle basse : sa structure est faite de 33 m3 de lamellé-collé. « Cette solution permet de supprimer les poteaux en béton installés au XIXe siècle à la place du bois afin de soulager la charpente », souligne Stéphane Goubet. L’espace est ainsi entièrement libéré pour imaginer diverses affectations. Celles-ci ne sont cependant pas pour demain. Si la mairie a pu réunir le budget de 1,2 million d’euros HT pour reconstruire l’enveloppe, elle doit désormais partir à la conquête des 5 millions nécessaires aux aménagements intérieurs.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X