Régions Hauts-de-Seine

Joli succès pour les contrats de développement

Entre le 30 septembre et le 10 novembre, Patrick Devedjian, président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, a signé quatre contrats de développement avec les maires de Boulogne-Billancourt (12,4 millions d’euros), d’Issy-les-Moulineaux (6,3 millions), de Gennevilliers (6,8 millions) et de Neuilly-sur-Seine (5,8 millions). Ces conventions regroupent l’ensemble des subventions que le département versera aux villes concernées sur la période 2016-2018.

Une politique lancée en 2011. C’est fin 2011 que le conseil départemental s’est lancé dans une politique pluriannuelle de contractualisation des aides aux communes. « Il s’agit de rassembler sous le chapeau d’un seul et unique contrat l’ensemble des concours financiers accordés à une ville et à son tissu associatif local sur trois ans tant en investissement qu’en fonctionnement », explique Georges Siffredi, premier vice-président (LR) du conseil départemental. Cette contractualisation d’ensemble s’est substituée à des dispositifs peu efficaces, « indescriptibles entrelacs d’aides en tout genre assorties de multiples grilles de conditions et de critères, mode opératoire devenu bureaucratique », ajoute-t-il. Pour le département, cette contractualisation, selon lui, « uniformise, simplifie et rend plus lisible son cadre d’intervention ». Pour la commune, « il garantit un financement départemental pérenne », complète Georges Siffredi. A ce jour, 31 communes sur 36 ont souscrit au dispositif, ce qui représente un engagement de près de 220 millions d’euros pour le conseil départemental.

« Optimiser les réalisations. » Ville la plus importante du département avec 117 000 habitants, Boulogne-Billancourt a signé un contrat de développement d’un montant de 12,4 millions d’euros. « Source d’économies de gestion, il permet surtout d’optimiser les réalisations dans une période financière compliquée en ayant une lisibilité budgétaire beaucoup plus claire », souligne le maire, Pierre-Christophe Baguet, également vice-président du conseil départemental chargé des finances. Sur cette enveloppe, 7 millions d’euros sont réservés à l’investissement, répartis entre la rénovation-extension du stade Le Gallo (5 millions), projet estimé au total à 41 millions d’euros, et la restructuration de l’école Billancourt (2 millions).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X