Régions Hauts-de-Seine

Joli succès pour les contrats de développement

Entre le 30 septembre et le 10 novembre, Patrick Devedjian, président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, a signé quatre contrats de développement avec les maires de Boulogne-Billancourt (12,4 millions d’euros), d’Issy-les-Moulineaux (6,3 millions), de Gennevilliers (6,8 millions) et de Neuilly-sur-Seine (5,8 millions). Ces conventions regroupent l’ensemble des subventions que le département versera aux villes concernées sur la période 2016-2018.

Une politique lancée en 2011. C’est fin 2011 que le conseil départemental s’est lancé dans une politique pluriannuelle de contractualisation des aides aux communes. « Il s’agit de rassembler sous le chapeau d’un seul et unique contrat l’ensemble des concours financiers accordés à une ville et à son tissu associatif local sur trois ans tant en investissement qu’en fonctionnement », explique Georges Siffredi, premier vice-président (LR) du conseil départemental. Cette contractualisation d’ensemble s’est substituée à des dispositifs peu efficaces, « indescriptibles entrelacs d’aides en tout genre assorties de multiples grilles de conditions et de critères, mode opératoire devenu bureaucratique », ajoute-t-il. Pour le département, cette contractualisation, selon lui, « uniformise, simplifie et rend plus lisible son cadre d’intervention ». Pour la commune, « il garantit un financement départemental pérenne », complète Georges Siffredi. A ce jour, 31 communes sur 36 ont souscrit au dispositif, ce qui représente un engagement de près de 220 millions d’euros pour le conseil départemental.

« Optimiser les réalisations. » Ville la plus importante du département avec 117 000 habitants, Boulogne-Billancourt a signé un contrat de développement d’un montant de 12,4 millions d’euros. « Source d’économies de gestion, il permet surtout d’optimiser les réalisations dans une période financière compliquée en ayant une lisibilité budgétaire beaucoup plus claire », souligne le maire, Pierre-Christophe Baguet, également vice-président du conseil départemental chargé des finances. Sur cette enveloppe, 7 millions d’euros sont réservés à l’investissement, répartis entre la rénovation-extension du stade Le Gallo (5 millions), projet estimé au total à 41 millions d’euros, et la restructuration de l’école Billancourt (2 millions).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X