Autres

Joël Baud-Grasset, les bottes et la cravate

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

A 45 ans, le président du CAUE de Haute-Savoie prend les rênes de la Fédération.

Les premiers mails qui lui ont été adressés en sa qualité de président de la Fédération nationale des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (FNCAUE) lui annonçaient tous des licenciements. Non, on ne peut pas dire que la mission qui a été confiée à Joël Baud-Grasset soit un cadeau. A la merci financière de départements dont le principal axe de programme consiste à faire des économies, les CAUE, créés dans le cadre de la loi sur l’architecture de 1977, n’ont jamais été autant en danger. Un tiers d’entre eux seraient menacés. Mais Joël Baud-Grasset, qui a vu lui-même le budget de « son » CAUE de Haute-Savoie baisser, entend se battre avec énergie, à l’image de son prédécesseur Jean-Marie Ruant, président du CAUE du Nord de 2011 à 2015. « J’ai un passé syndical, souligne le montagnard. J’ai milité au Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA), je sais faire du lobbying. En résumé, j’aime bien mes bottes mais je ne déteste pas non plus porter une cravate. »

Fromage et désert.

Parcours atypique que celui de ce producteur de lait à reblochon AOC. « Evidemment, le E de CAUE me parle bien ! Mais, étant né dans une maison traditionnelle, je suis aussi très sensible à l’architecture et à son intégration dans l’environnement. J’ai également été vice-président [UMP, NDLR] du conseil départemental de Haute-Savoie, délégué à la culture et au patrimoine. » On ajoutera que l’élu fut l’auteur d’un rapport d’orientation préparatoire à la loi SRU. Bref, après avoir siégé quinze ans au conseil d’administration du CAUE de Haute-Savoie et accédé récemment à la présidence de l’Union régionale des CAUE de Rhône-Alpes, Joël Baud-Grasset a le pedigree idoine pour poursuivre la mise en œuvre du projet de réseau « Vers un acte II du CAUE », adopté en congrès fédéral en 2014, et porter la parole de sa « famille » au débat législatif en cours (projet de loi relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine).

« Au cours de la première année de mon mandat, je vais me focaliser sur le cas des départements les plus en difficulté, annonce JBG. Avec en point de mire le 3 janvier 2017, jour des 40 ans de la loi sur l’architecture. J’entends en faire un événement et un point d’appui pour la suite. Car notre territoire a besoin de ces Ovni que sont les CAUE. » Le nier condamnerait les gardiens de la qualité à prêcher dans un désert.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X