Territoires Metz

Jean-Louis Jolin n’est plus

Architecte des ouvrages d’art, historien des églises, photographe des monuments historiques, enseignant à l’Ecole des ponts-PariTech, Jean-Louis Jolin est décédé le 6 juin, à l’âge de 80 ans. Sa disparition suit de quelques semaines celle de son épouse, l’architecte Michèle Jolin-Thioust, avec laquelle il avait fondé son cabinet à Metz en 1968. Le couple bâtisseur a assuré la maîtrise d’œuvre de grandes constructions telles le siège du « Républicain lorrain » ou l’usine d’électricité de Metz, ainsi que des espaces publics dont le quartier Pontiffroy et les Hauts de Sainte-Croix.

Plus de 600 ponts réalisés. C’est pourtant aux ouvrages d’art que Jean-Louis Jolin a consacré l’essentiel de sa carrière. Du viaduc de la Sarre aux passages pour la faune sauvage des autoroutes A 26 et A 16 en passant par les ouvrages de la LGV Est européenne, il comptait à son actif quelque 600 ponts, dont le dernier a été livré à Ettelbruck, au nord du Luxembourg, en 2012. Ses obsèques ont été célébrées en l’église de la Sainte-Famille, à Metz La Patrotte, dont il avait dessiné les plans.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X