Territoires Infrastructures

« Je veux créer une gare biface »

Mots clés : Gares, aéroports

Questions à Pierre Cuny, maire de Thionville (Moselle)

Successeur d’Anne Grommerch, décédée en avril dernier, à la mairie de Thionville et à la présidence de la communauté d’agglomération Portes de France-Thionville, Pierre Cuny (LR) présente les projets de sa mandature.

Quelle position défendrez-vous au comité de pilotage de l’A31bis qui débute ses travaux en septembre ?

Si nous misons uniquement sur l’Etat pour financer l’infrastructure, nous en serons au même stade dans 30 ans. L’option du péage pose problème, car on ne peut pas accepter que les frontaliers payent pour aller travailler. Je vois trois solutions : soit les employeurs luxembourgeois compensent le péage, soit l’Etat du Grand-Duché cofinance le nouveau tronçon entre Thionville et sa frontière, soit on relance le principe d’une écotaxe régionale. L’autre problème concerne le tracé. Le passage par Florange représente d’énormes dégâts environnementaux et un coût colossal de 420 millions d’euros. Il me semble que l’on n’a pas assez exploré l’hypothèse d’un barreau RN52/A30, avec un ouvrage sur la rivière Chiers.

Comment comptez-vous réaménager les accès ferroviaires dans la perspective du doublement de l’offre de transports promis par la SNCF d’ici à 2020 ?

Je veux créer une gare biface, ouverte à la fois sur la rive droite vers le centre-ville, et sur la rive gauche en direction de Yutz, avec des parkings-silos et des passerelles d’accès par des liaisons douces. Nous ne profitons pas de la chance d’avoir un centre-ville accolé à la gare. La Ville a mandaté l’agence Devillers & Associés pour concevoir un programme de 1 000 logements sur la rive droite, à proximité de l’hôtel 4 étoiles en cours d’achèvement et du futur pôle numérique. Sur l’autre rive, le projet d’écoquartier sur la friche Etilam a été remanié pour intégrer notamment 247 logements et une scène d’art nationale. Seule agglomération mosellane en croissance démographique, Thionville gagnera 50 000 habitants d’ici à 2030, voire même avant. La ville de demain doit être centrée sur la gare, sans en exclure la voiture.

Quels sont les autres grands projets de l’agglomération ?

A brève échéance, la réfection des ponts Schuman et des Alliés mobilisera 30 millions d’euros. Il faudra peut-être en construire un troisième pour faire passer le bus à haut niveau de service prévu par le Syndicat mixte des transports urbains Thionville Fensch. Ce projet de 140 millions d’euros n’est toutefois pas réalisable au cours de cette mandature. Par ailleurs, les aménagements de l’Europort d’Illange se poursuivent avec, entre autres, une liaison ferroviaire entre Thionville et la Chine via la ville polonaise de Lodz.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X