Territoires Aménagement

« Je préfère que l’argent public soit positionné sur des opérations compliquées »

Gaël Perdriau, président de l’Epase (Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne)

Maire et président de Saint-Etienne Métropole, Gaël Perdriau préside aussi l’Epase qui dispose de 84millions d’euros de l’Etat et des collectivités territoriales jusqu’en 2020.

Quelles sont les priorités de l’Epase ?

J’ai souhaité réorienter la stratégie en ne soutenant pas des projets qui peuvent être portés par le privé, comme celui de l’îlot de la Charité par exemple. Je préfère que l’argent public soit positionné sur des opérations plus compliquées. L’objectif global est de donner de l’attractivité à la ville, d’offrir des prestations de qualité aux entreprises et aux habitants.

Comment comptez-vous utiliser la rallonge de l’Etat?

Avec cette enveloppe abondée de manière équivalente par la région, le département et Saint-Etienne Métropole, nous allons engager de nouveaux programmes en particulier dans le quartier de Saint-Roch, un secteur au fort potentiel, mais où les pouvoirs publics doivent reprendre la main. Notre objectif est de réhabiliter 140 logements dans ce quartier. Autre nouveau projet acté : la création d’une gare biface à Châteaucreux qui valorisera le quartier du Soleil. Cela permettra également à l’EPA d’accompagner le projet de nouvelle ligne de tramway.

Quelles sont les opérations programmées sur les ZAC aménagées par l’Epase ?

A Châteaucreux, nous allons finaliser l’îlot Poste/Weiss et démolir 120 m de façades le long de la rue Neyron en fin d’année. A Manufacture Plaine Achille, le projet de la nouvelle fac de sciences est inscrit au contrat de plan Etat-région. Une pépinière de 12 500 m2 va être créée avec le soutien de la Caisse des dépôts. A Jacquard, 120 réhabilitations lourdes de logements seront financées par l’Anah et 100 logements seront construits à proximité du nouveau gymnase Gachet. Au Pont de l’Ane, la réalisation du projet Steel en 2018 permettra de relocaliser des commerces installés aujourd’hui dans les « boîtes à chaussures » en face du centre commercial de Monthieu. Celles-ci seront remplacées par des activités tertiaires afin de mieux valoriser cette entrée de ville. Le groupe Casino va engager de son côté 40 millions d’euros pour la rénovation de son hypermarché, l’agrandissement de la galerie commerciale et de la cafétéria attenantes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X