Actualité Entreprises publiques locales

Jacques Chiron surfe sur la réforme territoriale et la baisse des dotations

Mots clés : Economie mixte - Etat et collectivités locales

«Je suis tombé dedans dès 1995, lorsque j’étais élu municipal. A l’époque, j’ai présidé trois sociétés d’économie mixte (SEM). » Entre Jacques Chiron, le nouveau président de la Fédération des entreprises publiques locales (EPL) et sénateur PS de l’Isère, et l’économie mixte, une histoire de près de vingt ans s’est tissée. Elu le 8 octobre dernier, il entend utiliser son mandat pour s’inscrire « pleinement dans la dynamique impulsée par Jean-Léonce Dupont », son prédécesseur, à qui la fédération doit notamment la création des sociétés d’économie mixte à opération unique (Semop).

Jacques Chiron dispose de trois années pour écrire à son tour l’histoire des EPL. Dans un contexte politique marqué par la réforme territoriale, les occasions ne devraient pas manquer. « Nous anticipons une reconfiguration importante de nos outils, notamment pour les sociétés publiques locales qui sont plutôt développées à l’échelle départementale. Ces dernières doivent dépasser ce niveau pour s’inscrire sur le bassin de vie. »

Créer de nouvelles opportunités

Les EPL doivent également profiter de la baisse de la dotation globale de fonctionnement pour se renforcer en augmentant la force de frappe des politiques publiques. Et de citer en exemple ses années à la tête de la SEM Grenoble Habitat. « Nous construisions du logement social, mais aussi des habitations en accession à la propriété et des locaux d’activité, afin de dégager des marges et limiter l’endettement de la SEM. »
Jacques Chiron souhaite une « fédération offensive, apte à créer de nouvelles opportunités. Nous disposons de partenaires au Sénat et à l’Assemblée nationale prêts à conforter son développement. » Le sénateur mise également sur des actions pédagogiques auprès des nouveaux élus, ceux qui ont émergé aux élections municipales de mars 2014 et les futurs élus régionaux dès décembre 2015. « Les régions, bientôt dotées de nouvelles compétences, ne sont pas forcément sensibles aux EPL. » Outre le lobbying, la fédération devra accentuer la transversalité des actions qu’elle mène auprès de ses adhérents. Objectif : être toujours plus efficace.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Jacques Chiron en 5 dates 2001 sénateur

2014 : président de la Fédération des entreprises publiques locales (FedEPL).
2008 : conseiller général de l’Isère.
2001 : sénateur de l’Isère.
1997 : président de la SEM des eaux de Grenoble.
1995 : élu à la ville de Grenoble.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X