Territoires Grand Ouest

Isore Bâtiment en plein BIM

Mots clés : Logiciels - Outils d'aide

«En avant le BIM ! » Tel est le mot d’ordre au sein de l’entreprise lavalloise Isore Bâtiment (28 millions d’euros de CA, 100 personnes) qui veut mettre en place, d’ici à la fin de l’année, une nouvelle organisation autour de la maquette numérique sur tous ses chantiers. Depuis février, l’entreprise spécialisée dans la façade et l’isolation par l’extérieur teste cette organisation sur un programme de réhabilitation de 42 logements à Rennes pour Espacil (résidence L’Ormoie). « Notre objectif est de gagner en productivité, d’améliorer la qualité d’exécution des travaux, mais aussi de fluidifier la communication interne », explique Anne Manier, directrice technique adjointe d’Isore Bâtiment.

« Ce chantier test vient concrétiser notre projet d’entreprise Isore 4.0, qui s’articule autour de la transformation numérique », déclare pour sa part Martine Laruaz, gérante du groupe. Concrètement, en amont du chantier, un drone a réalisé un relevé de l’existant par photogrammétrie. Cette prestation, effectuée par la start-up lavalloise LCSII, s’est révélée particulièrement utile du fait d’un faux aplomb du bâtiment qui a pu être anticipé dès la préparation des travaux. « Pour nous, le relevé de cote a toujours été un sujet de frustration et un point à améliorer. C’est désormais chose faite », témoigne Jean-Baptiste Clayer, conducteur de travaux chez Isore Bâtiment.

Veille technologique.

Ce relevé de l’intégralité des cotes en 3D servira ensuite de support pour une maquette numérique qui sera réalisée à l’aide du logiciel Revit par le bureau d’études d’Isore, désormais totalement équipé et formé. Les commandes de matériaux pourront alors être lancées, avec des volumes au plus juste. « Nous n’avons pas encore intégré de logiciel achat, mais ce sera pour une prochaine étape », assure Anne Manier. Par le biais d’un logiciel de collaboration et d’une visionneuse (Revit A360), la maquette numérique est ensuite mise à disposition de l’équipe travaux sur une tablette Android étanche ou un smartphone renforcé. En complément, les plans sont numérisés et accessibles par le logiciel de management de chantier Fieldwire. « Nous avons mis en place une veille technologique qui nous a permis de découvrir cette application de suivi de chantier encore très peu connue en France. Un de ses avantages est le lien automatique entre le repérage des détails sur la façade et les pages de détails repérés », précise la directrice technique adjointe d’Isore Bâtiment.

« L’idée est que l’outil numérique remplace les tâches laborieuses comme le passage des commandes, le comptage et l’état des stocks », poursuit Anne Manier. Pari gagné pour Baptiste Gilbert, chef de chantier de l’opération. « Par exemple, avant, on devait compter le nombre d’équerres sur les plans. En un clic, le BIM nous permet maintenant de monter le nombre exact et de limiter les déplacements », affirme ce professionnel de 30 ans qui se sert aussi de la tablette pour gérer les auto-contrôles et les pré-réceptions ou pour expliquer les grandes lignes du Plan qualité chantier (PQC) aux nouveaux compagnons. Après quelques mois de ce chantier test, Baptiste Gilbert est tellement convaincu de l’intérêt du BIM qu’il travaille sur un prototype de support pour que la tablette l’accompagne partout sur le chantier.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X