Architecture Technique

Isolement des locaux vis-à-vis des bruits aériens intérieurs au bâtiment

Principes et objectifs

En ce qui concerne la limitation des bruits aériens à l’intérieur des logements, la réglementation fixe des exigences d’isolement acoustique entre les locaux en laissant le constructeur libre des moyens à mettre en œuvre pour respecter ces exigences. Celles-ci dépendent des locaux considérés en émission et en réception.

Des valeurs minimales d’isolement acoustique sont à respecter :

entre deux logements ;
entre une circulation commune intérieure au bâtiment et un logement ;
entre un garage individuel ou collectif et un logement ;
entre un local d’activité et un logement.

Seules des mesures acoustiques réalisées après l’achèvement des travaux permettent de vérifier que ces exigences ont bien été respectées.

Diagnostics

Causes possibles d’un isolement acoustique insuffisant :

Entre locaux :

indice d’affaiblissement acoustique insuffisant de la paroi (mur ou plancher) séparant les deux locaux ;
sous-estimation dans les calculs de la transmission du bruit par des parois légères (cloisons ou plafonds) solidaires de la paroi séparative lourde ;
rebouchages ou calfeutrements de la paroi séparative mal réalisés ;
présence de prises électriques en vis-à-vis dans la paroi séparative ;
isolant thermique rigide dans le doublage intérieur de façade ou paroi de doublage filante, qui augmente la transmission du bruit entre logements (schéma 2) ;
insuffisance de matériaux isolants et paroi séparative non prolongée dans les combles, qui augmentent la transmission du bruit par les plafonds entre locaux situés au dernier étage ;
transmission du bruit entre locaux par le réseau de gaines de ventilation (indice d’isolement acoustique trop faible des bouches de ventilation, absence de piège à son dans les conduits…) ;
transmission du bruit par des conduits ou gaines techniques verticaux mal réalisés.

Entre une circulation commune et un logement :

indice d’affaiblissement acoustique de la porte palière insuffisant ;
mauvaise étanchéité de la porte palière due :

– à la déformation du châssis dormant de la porte ;
– à la défaillance du joint d’étanchéité périphérique ;
– à la mauvaise efficacité du joint de seuil ;
– au mauvais réglage de l’ouvrant et/ou du système de fermeture.

Entre un garage et un logement :

absence d’enduit sur le mur séparatif, ce qui réduit significativement l’indice d’affaiblissement acoustique de celui-ci (au moins 10 dB).

Les bonnes pratiques

Intégrer la dimension acoustique dès la conception. Une attestation acoustique s’appuyant sur les constats effectués dès la conception devra être fournie à la fin des travaux.

La performance acoustique en matière d’isolation entre deux locaux requiert les points de vigilance suivants :

Rechercher dès la conception une organisation des locaux qui préserve le confort acoustique au sein du logement et le choix de parois séparatives entre logements dont l’indice d’affaiblissement acoustique est suffisant.
Veiller à une mise en œuvre exempte de défaut :

– réaliser les rebouchages et calfeutrements avec soin, sur toute l’épaisseur de la paroi, en utilisant un mortier adapté, similaire à la composition des parois concernées ;
– appliquer un enduit sur un mur maçonné évite de perdre 10 dB d’isolement acoustique entre deux locaux ;
– soigner l’étanchéité des portes palières (absence de déformation du cadre, joint efficace en périphérie et au niveau du seuil, réglage du fonctionnement de l’ouvrant) et prévoir une menuiserie dont l’indice d’affaiblissement acoustique est suffisant (photo 5).

Eviter la transmission par les gaines techniques entre logements superposés en veillant au bon rebouchage des traversées de planchers ainsi qu’à l’isolement acoustique des parois intérieures de la gaine.
Eviter la transmission par les conduits de ventilation en prévoyant des bouches acoustiques pour l’extraction d’air. Ne pas raccorder deux logements situés au même étage sur la même colonne montante. Utiliser deux conduits collecteurs séparés (un pour les étages pairs, l’autre pour les étages impairs) permet également de réduire les risques d’interphonie.
Eviter la transmission de bruit en prévoyant un décalage d’au moins 50 cm entre deux boîtiers électriques encastrés de part et d’autre d’une paroi séparative légère.

A défaut, un écran entre les deux boîtiers sera intercalé dans la cloison. Dans une paroi séparative lourde (béton), l’espace entre deux boîtiers encastrés en vis-à-vis doit comporter au moins 7 cm de béton.

Veiller à ne pas dégrader les performances acoustiques des parois lors du passage des réseaux électriques.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Quand être vigilant ?

Du début de la conception à la fin de la réalisation, des étapes de vérification sont nécessaires pour atteindre la qualité réglementaire :

ENCADRE

L’essentiel

Dès la conception, intégrer le confort acoustique des logements.
S’assurer de la compatibilité des solutions d’isolation thermique avec l’acoustique.
S’assurer de la bonne réalisation des ouvrages en phase travaux.

ENCADRE

D’après les fiches « La qualité réglementaire dans les bâtiments d’habitation neufs ». Reproduction interdite sans autorisation des éditeurs. © 2013 AQC/Ministères en charge du logement et de la construction. Toutes les fiches « Qualité réglementaire dans les bâtiments d’habitation neufs » sont consultables sur www.qualiteconstruction.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X