Territoires

Isère Une opération 100 % privée au centre-ville de Bourgoin-Jallieu

Porté par deux enfants du pays, Jacques Chanut, dirigeant de l’entreprise de gros œuvre du même nom, et Paul Moulin, directeur général de Moulin TP, le projet de quartier du Centre Folatière de Bourgoin-Jallieu vient d’être lancé. Une opération d’aménagement en plein centre-ville, sur un tènement de 2,8 ha acquis par les deux partenaires fin 2011. « Ce site, sur lequel était implanté l’ancien hôpital de la ville, se trouve à la frontière entre l’ancienne commune de Bourgoin et celle de Jallieu », relève Jacques Chanut. Cette opération mixte, combinant commerces, logements et résidence seniors, offrira une nouvelle centralité à Bourgoin-Jallieu. « Le choix de ne pas trop densifier s’est imposé et se matérialise par l’aménagement d’un nouvel espace public de 7 000 m2, souligne Nelly Fessenmeyer, chef de projet au sein du cabinet d’architecture In-Fine. Cette place piétonne centrale et les flux piétons adjacents contribueront à apporter du calme aux futurs habitants. »

Des toitures végétalisées comme jardins privatifs.

Au total, 330 logements, dont 60 logements sociaux certifiés « Habitat & Environnement », seront construits ainsi qu’une centaine d’appartements dans la résidence seniors. Des logements qui auront pour socle 10 000 m2 de commerces dont la première implantation du groupe Cora en Rhône-Alpes. « Toutes les toitures des rez-de-chaussée commerciaux seront végétalisées avec 40 cm de terre afin d’offrir un environnement visuel agréable et des jardins privatifs aux logements », indique l’architecte. Une bâche de rétention permettra de récupérer les eaux pluviales qui serviront à arroser les espaces verts. Cette opération, d’un montant de travaux de 50 millions d’euros, se fera en deux tranches. La première, qui comprend la réalisation de 900 places de stationnement en sous-sol, des commerces et de 220 logements, sera livrée fin 2017. La seconde se fera par tranche de 25 logements, au fur et à mesure de la commercialisation. Pour concevoir ce projet, l’agence In-Fine a eu recours à la maquette numérique. « Le travail collaboratif a été un vrai plus, vu l’échelle de ce projet », note Nelly Fessenmeyer.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X