Régions

ISERE Plan de diversification des stations

Mots clés : Aménagement de la montagne - Tourisme

Optimisation des aides à la petite et moyenne montagne

Pour André Vallini, président du conseil général de l’Isère, « le contribuable ne doit plus financer des équipements en remontées mécaniques souvent surdimensionnés, qui, en raison du manque de neige persistant, ne servent que quelques jours par an ». Le département qui, depuis 2000, a consacré près de 10 millions d’euros en subventions d’équilibre ou d’équipement pour les stations, a décidé d’optimiser son aide en la ciblant.

Après une étude du cabinet Dianeige, les stations de l’Isère sont classées en 4 catégories (1), hors les Deux-Alpes et L’Alpe-d’Huez. L’Isère compte 28 autres stations moyennes ou petites, qui, à court terme, vont devoir réaliser d’importants investissements pour moderniser leurs remontées mécaniques, améliorer la qualité de leurs services et diversifier leur offre touristique, voire pour celles victimes d’un déficit d’enneigement, ne plus se concentrer sur l’activité neige.

Quatre sites pilotes

Pour les aider, le département va signer des contrats de diversification, dits d’objectif- cadre, aux nouveaux investissements. Quatre sites pilotes sont retenus : Le Sapey- en-Chartreuse, Corrençon, Gresse-en-Vercors et le col de l’Arzenier. Ces contrats de cinq ans privilégieront les espaces intercommunaux et porteront sur tous les aménagements qui contribueront au développement du tourisme de séjour et de loisir.

A Villard-de-Lans, la commune se dit très satisfaite de cette démarche et avance ses projets dont la réhabilitation des immeubles de la Côte 2000 et une diversification « pour faire vivre le site toute l’année et temporiser l’aléa du manque de neige », comme le souligne Michel Grienenberger, secrétaire général de la mairie. Villard-de-Lans voudrait devenir le « Font-Romeu des Alpes » en construisant des équipements pour accueillir les sportifs de haut niveau.

Les parcs régionaux de Chartreuse et du Vercors devraient également jouer un rôle actif. D’ores et déjà, la démarche s’avère productive, « avec l’exploration de pistes prometteuses », selon Claude Francillon, chargé de mission Montagne au conseil général.

Le cas de l’Oisans

Les stations internationales des Deux-Alpes et de L’Alpe-d’Huez verront leurs accès routiers améliorés : le département est prêt dans le cadre des lois de décentralisation à prendre en charge la RN91 et à anticiper des investissements pour accélérer l’aménagement de l’accès à ces stations. Il devrait aussi contribuer à financer des logements pour les saisonniers.

(1) Catégorie 1 : Chichilianne, le col d’Ornon, le col de l’Arzelier, Saint-Nizier-du- Moucherotte, etc. Catégorie 2 : col de Porte, Saint-Pierre d’Allevard/Le Barioz, Saint-Hilaire-du-Touvet, etc. Catégorie 3 : Autrans, L’Alpe-du- Grand-Serre, Corrençon, Gresse-en-Vercors, etc. Catégorie 4 : Chamrousse, les Sept-Laux, Villard-de-Lans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X