Enjeux

Investissement public : le signal positif

Mots clés : Etat et collectivités locales - Gouvernement

François Hollande a accédé à certaines demandes des maires. Les réactions sont mitigées.

Bien mais pas assez ? Le 2 juin, au 99e Congrès des maires, François Hollande a lâché un peu de lest pour les communes et les intercommunalités. En 2017, elles continueront de participer à l’effort budgétaire national, mais cet effort sera réduit de moitié : leurs dotations ne seront amputées que de 1 milliard d’euros au lieu des 2 milliards initialement prévus. « La trajectoire de la réduction des déficits publics doit être maintenue », a défendu le président de la République. Deux jours auparavant, devant la même assemblée, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, était venu rappeler cet engagement de la France. François Hollande « ne pouvait aller au-delà. On l’aurait qualifié d’irresponsable. C’est le sens du compromis », a confié au « Moniteur » Jean-Claude Boulard, maire (PS) du Mans, après l’allocution présidentielle.

Fonds de soutien reconduit.

L’investissement fut le grand fil rouge de ce congrès. Lors de l’inauguration, Jean-Claude Juncker a assuré travailler pour que le plan d’investissement pour l’Europe (315 milliards d’euros sur trois ans) devienne plus accessible aux collectivités françaises (lire aussi page 28). En clôture, se disant « conscient du rôle de l’investissement public local », le président de la République a fait un autre geste en reconduisant d’une année supplémentaire le fonds de soutien à l’investissement public local, qui était de 1 milliard d’euros en 2016, et en le portant à 1,2 milliard. Ce fonds sera à nouveau fléché : 600 millions d’euros pour la transition énergétique, le logement et l’accessibilité ; 600 millions pour les petites villes et la ruralité. Il faut « continuer à bâtir et à investir », a asséné François Hollande.

Le président de la République a aussi annoncé l’automatisation de la gestion du FCTVA, la couverture intégrale en très haut débit du territoire, 1 200 maisons médicales pour lutter contre les déserts médicaux dès 2017, et une nouvelle loi Montagne. Il a réaffirmé la simplification des normes et assuré que la France sera « ferme » pour défendre l’intérêt de ses entreprises en étant particulièrement « exigeante » sur la réciprocité dans les marchés publics, dans le cadre des négociations sur le traité transatlantique.
A la sortie du congrès, les réactions étaient mitigées. « Le président de la République a entendu une partie de nos revendications, a réagi François Baroin, président (LR) de l’Association des maires de France. Il muscle un fonds d’investissement qui va certainement aider les entreprises du BTP à avoir une bonne bouffée d’oxygène pour préserver l’emploi. C’est une bonne partie du chemin qui est accomplie, ce n’est pas tout le chemin. » Les autres associations d’élus du bloc communal ont salué le geste opéré. Celles représentant les régions et les départements ont, elles, déploré être « les grands oubliés du geste présidentiel ». Pour Bruno Cavagné, président de la FNTP, « il s’agit d’un signal positif pour la relance de l’investissement en infrastructures des collectivités locales ».
Mais au-delà des réactions officielles, les élus locaux paraissaient peu convaincus et affichaient une certaine déception. « Est-ce que tout est crédible ? », interrogeait un élu d’une commune de la région parisienne (8 000 habitants). « Nous sommes en période préélectorale », rappelait l’édile d’une commune de 4 800 habitants. « Ça ne va pas assez loin », ajoutait le maire d’un village rural (260 habitants), tandis que celui d’une ville de 8 000 habitants « espérait un gel » de la baisse des dotations.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X