Grand Paris Appel à projets

« Inventons la métropole » : coup d’envoi officiel le 10 octobre

Vacances studieuses pour les tout nouveaux élus métropolitains ! Durant l’été, accompagnés de représentants de la préfecture de région et de la Société du Grand Paris, ils ont visité les 112 sites candidats à l’appel à projets « Inventons la métropole du Grand Paris ». Des déplacements sur le terrain qui leur ont permis de bien appréhender les particularités des fonciers proposés par 75 communes et leur grande diversité, qu’il s’agisse de leur localisation (en cœur urbain, en bords de rivières, dans d’anciens forts ou en zones d’activité en mutation…) ou de leur taille : 34 dépassent les deux hectares, neuf sont inférieurs à 2 000 m2.

Au bout du compte, seuls une soixantaine de terrains devraient participer à la première session de la consultation (d’autres sessions seront organisées par la suite) afin d’éviter « un risque de saturation », a expliqué le préfet de région, Jean-François Carenco, le 7 septembre. La liste des sites sélectionnés sera dévoilée le 10 octobre, au Pavillon Baltard, à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne). Patrick Ollier, président de la métropole du Grand Paris (MGP), et Jean-François Carenco présenteront ensuite aux professionnels présents (investisseurs, promoteurs, aménageurs, architectes, urbanistes…) le règlement du concours ainsi que le calendrier pas encore complètement calé à ce jour. Seule certitude : la date limite de remise des dossiers de candidature par les groupements postulant est fixée au 31 janvier 2017.
Discussion avec l’ordre régional des architectes. Pour éviter les polémiques sur la rémunération des architectes, comme ce fut le cas pour « Réinventer Paris », l’équipe de la métropole du Grand Paris s’est rapprochée de l’ordre régional des architectes (CROAIF). « Nous avons déjà eu six réunions. Nous avons décidé qu’il serait demandé aux architectes une esquisse d’intention assez précise mais pas un APS », a précisé Patrick Ollier. Les discussions se poursuivent car « il reste encore des points à régler, notamment sur la transparence des jurys et sur la participation d’architectes indépendants », souligne Jean-Michel Daquin, président du CROAIF, qui salue la démarche engagée par la MGP. « On espère – et je parie là-dessus – que nous allons trouver un consensus », conclut-il. 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X