[TO] Social

Institution d’une prime à l’embauche de jeunes stagiaires en contrat à durée indéterminée

Décret n° 2009-692 du 15 juin 2009 – Ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi – JO du 16 juin 2009 – NOR : ECED0912487D

Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, du ministre auprès du Premier ministre, chargé de la mise en œuvre du plan de relance, et du haut-commissaire à la jeunesse,

Vu le code du travail, notamment ses articles L. 5422-13, L. 5424-1 et L. 1253-1 ;

Vu le code de l’éducation, notamment ses articles L. 331-4, L. 335-2 et L. 611-2 ;

Vu le code rural, notamment son article L. 313-1 ;

Vu la loi n° 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances, notamment son article 9 ;

Vu l’avis du Conseil national de l’emploi en date du 25 mai 2009,

Décrète :

Article 1

I. – Peuvent bénéficier de la prime instituée par le présent décret les employeurs mentionnés au II du présent article qui, entre le 24 avril 2009 et le 30 septembre 2009, embauchent, par contrat à durée indéterminée à temps plein ou à temps partiel égal ou supérieur à un mi-temps, à l’exclusion des contrats aidés des secteurs marchands et non marchands, des jeunes âgés de moins de vingt-six ans à la date de la conclusion du contrat de travail, qui ont effectué, au sein de la structure procédant à l’embauche, un ou plusieurs stages d’une durée cumulée d’au moins huit semaines, régis par l’article 9 de la loi du 31 mars 2006 susvisée ou les articles D. 337-4, D. 337-34 et D. 337-64 du code de l’éducation, et ayant débuté entre le 1er mai 2008 et le 24 avril 2009.

II. – Le bénéfice de cette prime est ouvert :

1° Aux employeurs mentionnés à l’article L. 5422-13 du code du travail et aux 3° et 4° de l’article L. 5424-1 du même code ;

2° Aux groupements d’employeurs mentionnés à l’article L. 1253-1 du code du travail ;

3° Aux employeurs de pêche maritime ne relevant pas de l’article L. 5422-13 du code du travail, des 3° et 4° de l’article L. 5424-1 et de l’article L. 1253-1 du même code.

Article 2

La prime ne peut être accordée dans les cas suivants :

1° Lorsque l’établissement dans lequel a lieu l’embauche a procédé, dans les six mois qui précèdent, à un licenciement pour motif économique au sens de l’article L. 1233-3 du code du travail, sur le poste pourvu par le recrutement ;

2° Lorsque l’employeur n’est pas à jour de ses obligations déclaratives et de paiement à l’égard des organismes de recouvrement des cotisations et des contributions de sécurité sociale ou d’assurance chômage. La condition de paiement est considérée comme remplie dès lors que l’employeur a souscrit et respecte un plan d’apurement des cotisations restant dues.

Article 3

La prime est gérée par l’Agence de services et de paiement avec laquelle l’Etat passe une convention.

La demande de prime est adressée à l’Agence de services et de paiement par l’employeur dans les quatre mois suivant la date de conclusion du contrat de travail.

Elle est accompagnée des justificatifs dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de l’emploi.

Article 4

Le montant de la prime est de 3 000 € . Elle est versée, par moitié, en deux fois à l’employeur.

La première moitié est versée dans le mois suivant la date de réception de son dossier complet de demande par l’Agence de services et de paiement.

La seconde moitié est versée, dans le mois suivant la réception par l’Agence de services et de paiement des justificatifs mentionnés à l’article 3, dès lors que le contrat de travail du jeune a été maintenu pendant au minimum six mois.

Article 5

Chargés de l’exécution …

Fait à Paris, le 15 juin 2009.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

COMMENTAIRE

Les décrets publiés ci-dessous signent le lancement des mesures, dites « Mesures Jeunes Actifs », visant à favoriser l’emploi et la formation des jeunes.

Le premier décret concerne l’aide à l’embauche des stagiaires en contrat à durée indéterminée. Une prime de 3 000 € est versée aux entreprises, pour chaque embauche en CDI de jeunes de moins de 26 ans, qu’elles ont préalablement accueilli en stage.

Un deuxième décret instaure l’aide à l’embauche d’un apprenti. Une prime de 1 800 € est octroyée aux entreprises de moins de 50 salariés, pour chaque embauche d’apprenti supplémentaire entre le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010.

Un troisième décret aménage l’aide à l’embauche en contrat de professionnalisation. Une prime de 1 000 € , pouvant aller jusqu’à 2000 € selon le niveau de qualification du jeune recruté, est accordée aux entreprises pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans en contrat de professionnalisation réalisée entre le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010. L’âge du jeune s’apprécie à la date de la signature.

Enfin, un quatrième décret met en place le « Zéro charge apprentis ». Cette aide élargit le dispositif « zéro charge » aux entreprises de onze salariés et plus pour le recrutement d’apprentis entre le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010. Elle se traduit par un remboursement des cotisations sociales, pour une période de douze mois.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X