Régions Marseille

Insérer par le beau

Le 28 février, 16 entreprises du bâtiment, dont Colas, Vivian et Azur Conseils Rénovations, ont répondu à l’appel d’Acta Vista, association d’insertion marseillaise née en 2002, qui organisait pour la première un job dating destiné à mettre 40 de ses salariés en situation réelle de recrutement. A cet effet, ses équipes ont aménagé 12 box réservés aux entretiens dans la poudrière du fort Saint-Nicolas à Marseille.

L’édifice du XVIIe siècle est depuis 2002 mis à disposition d’Acta Vista d’abord par l’armée, puis par la Ville de Marseille, nouveau propriétaire du site depuis 2011. Il sert de lieu de formation à l’association qui le restaure avec ses recrues. Il accueille aussi ses bureaux et ses plateaux techniques (métallerie, menuiserie, taille de pierre, pose d’enduits, charpente, etc. ). Arnaud Castagnède, le fondateur de l’association, souhaitait ainsi insérer des femmes et des hommes éloignés de l’emploi en leur apprenant sur chantier les métiers de la restauration des monuments historiques. « Notre pédagogie est axée sur le geste professionnel. Nous utilisons des supports valorisants pour donner confiance. Sauvegarder le beau lorsqu’il a une histoire encourage chacun à révéler le meilleur de lui-même, gage supplémentaire de succès », estime Pâquerette Demottes-Mainard, responsable des partenariats et développement de projets.

400 personnes formées par an. Depuis quinze ans, Acta Vista, grâce à sa structure de formation BAO Formation, forme et qualifie 400 personnes par an, entre 18 et 60 ans, recrutées en contrat de travail de six mois à un an via Pôle emploi, les missions locales ou l’école de la deuxième chance. S’appuyant sur des binômes composés d’un chef de projet, qui aide à lever les freins à l’emploi (santé, logement… ), et d’un encadrant technique qui transmet le geste professionnel, elle les amène au titre professionnel de niveau V de maçon du bâti ancien. Neuf sur dix l’obtiennent. Deux sur trois partent avec un emploi ou une formation complémentaire.

Jusqu’en 2013, le fort Saint-Nicolas était le seul lieu d’apprentissage. Depuis, Acta Vista a gagné d’autres chantiers de restauration : l’hôpital Caroline sur l’île du Frioul, le cœur de ville de Marignane ou la capitainerie de la calanque de Port-Miou à Cassis dans les Bouches-du-Rhône, mais aussi le château de la Morinière à Mur-de-Sologne, près de Chambord, dans le Loir-et-Cher.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X