Annuel immobilier

Innovation Quand les start-up rebattent les cartes

Mots clés : Innovations - Lieux de travail

Les promoteurs immobiliers n’hésitent plus à mobiliser des start-up. Objectif : trouver l’idée qui fera mouche !

L es start-up aux projets bien ficelés ont la cote auprès des promoteurs immobiliers. Surtout depuis que les collectivités locales les poussent à sortir des sentiers battus. L’appel à projets innovants « Réinventer Paris » est la partie émergée de l’iceberg. « Désormais, les collectivités locales nous demandent de faire preuve d’innovation dans leurs consultations, car elles ne veulent pas lancer des programmes qui seront dépassés à leur livraison », assure Anne Mollet, directrice marketing stratégique chez Nexity. Et comme le service recherche et développement d’une entreprise ne peut pas tout, il faut parfois s’associer avec plus petit que soi pour trouver l’idée qui fera mouche.

Reste à savoir vers qui se tourner. Pour détecter les start-up, les grandes entreprises lancent des prix (Open Innovation de Schneider Electric), ouvrent des incubateurs (la maison des start-up d’Icade), s’engagent dans des fonds de capital investissement (Newfund et Demeter pour Nexity), prennent des parts dans des petites entreprises (Kauffman & Broad possède ainsi 17 % du capital d’Urbismart, BulldozAIR a levé 800 000 euros auprès de Setec Ingénierie) ou lancent leurs propres fonds d’investissement (Bird pour Bouygues Immobilier, qui a notamment pris des parts dans Lymo et MyCloud3D).

Protéger l’idée nouvelle de l’entreprise elle-même. Pour les promoteurs, l’enjeu consiste à lancer de nouveaux concepts, à gagner des parts de marché, à renouveler l’approche client… Et à le chouchouter. Pour le siège Green Station d’Unilever à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), Bouygues Immobilier a travaillé avec la start-up MyCloud3D. « Elle a modélisé, sur une technologie issue des jeux vidéo, l’ensemble de l’opération 3D permettant de configurer avec notre client, étage par étage, l’aménagement d’intérieur », explique Christian Grellier, directeur de l’innovation du promoteur.

Pour trouver la bonne idée, les entreprises se tournent aussi vers leurs employés en lançant un « Lab ». Très en vogue dans le secteur, il ne fonctionne pourtant pas à tous les coups.

« Il faut intégrer l’art d’innover dans la culture de l’entreprise avant de le lancer, sinon il ne se passera rien », avertit Xavier Bonnaud, fondateur de l’agence de conseil Vertical Innovation. Mais « dès que vous apportez une bonne idée dans l’entreprise, elle a vocation à disparaître », relatait Alain Dinin, P-DG de Nexity lors de la présentation des résultats 2014. Pour qu’une nouvelle idée voie le jour, il faut la protéger afin de lui laisser le temps de faire ses preuves…

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X