Régions

Inflexion vers le sud de l’A45

Les préfets du Rhône et de la Loire ont lancé la consultation sur le fuseau de 1 000 m pour le tracé de l’A45 Saint-Etienne – Lyon. Cette concertation est fondée sur les études du Cete de Lyon et de l’agence d’urbanisme de Saint-Etienne, Epures. Seize fuseaux différents regroupés en quatre grandes familles figurent parmi les options de passage dans la Loire, deux dans le Rhône. D’une longueur moyenne de 50 km, l’A45 représente un coût prévisionnel de 4,7 à 7 milliards de francs selon le scénario retenu.

Saisi pour avis, le conseil général de la Loire s’est prononcé pour les trois options les plus méridionales connectées à l’A47, à Saint-Chamond, qui « permettent une continuité autoroutière en direction de Toulouse par le contournement ouest de Saint-Etienne ».

Député de la Loire et adjoint au maire de Saint-Chamond, François Rochebloine n’a pas pris part au vote bien qu’ayant demandé la gratuité de la section Saint-Etienne-Saint-Chamond pour éviter le report du trafic sur l’actuelle A47. Seul Jean-Claude Charvin, maire de Rive-de-Gier et porte-parole de vingt-trois maires de la vallée du Gier, s’est déclaré opposé aux propositions du Cete, qui « éludent la possibilité d’élargir l’A47 à moindre coût ».

A l’exception du PC et d’un élu de gauche, le conseil municipal de Saint-Etienne a également opté pour les fuseaux sud, qui « correspondent le mieux au développement de la ville ». L’A45 ne devrait pas être mise en service en 2005, mais plus vraisemblablement en 2007 si la procédure suit son cours sans encombres.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X