Enjeux Energies renouvelables

In Sun We Trust teste à Nantes son cadastre solaire 2.0

Mots clés : Energie renouvelable

Près d’un an après la présentation de son service lors de la COP 21, la start-up In Sun We Trust, spécialisée dans la transition énergétique, vient de signer son premier contrat d’envergure. Par le biais d’un partenariat de recherche et développement, elle a conçu une application web pour le territoire de Nantes Métropole (Loire-Atlantique). Via cette appli, les habitants de la ville de Nantes (et, à partir du 1er novembre, ceux de toute la métropole) peuvent obtenir une estimation du potentiel de production d’énergie solaire de leur toiture.

Le simulateur d’In Sun We Trust est élaboré à partir de données géographiques 3D fournies par l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) et d’un algorithme mis au point par un laboratoire des Mines ParisTech. « Notre objectif est de conclure ce type de partenariat avec le maximum de collectivités, explique David Callegari, président d’In Sun We Trust. Notre service est bien plus utile qu’un cadastre solaire : plus précis, ergonomique et complet, il est aussi beaucoup moins cher. »

Faire appel à des artisans locaux. Après l’estimation de la ressource solaire de la toiture, arrive une deuxième étape : la mise en relation avec des artisans locaux. C’est là que la société pourra se rémunérer en prélevant une commission. Pour faire connaître l’offre auprès de la population, la start-up la facture aujourd’hui quasiment à prix coûtant aux collectivités.

Face au projet similaire lancé par Google aux Etats-Unis, Sun roof, qui a récemment valu au géant californien un prix des Nations Unies, In Sun We Trust dit pouvoir « rivaliser en termes de précision (d’estimation) grâce à une technologie de pointe 100 % française ». Et alors que Google s’est adossé au géant du panneau solaire photovoltaïque SolarCity (filiale de Tesla) pour déployer son service Sunroof, la jeune entreprise française assume, elle, d’avoir « fait le choix de promouvoir l’artisanat local plutôt que des grands groupes, ce qui est plus cohérent avec les objectifs de la transition écologique ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X