Régions

ILE DE NANTES Le quai François-Mitterrand sort des eaux

Mots clés : Rénovation urbaine

Premier projet opérationnel de l’équipe Chemetoff

Le secteur I de l’île de Nantes est en pleine transformation. Devant le parvis du palais de justice (Jean Nouvel), s’étale un quai de 340 mètres, entre deux ponts qui relient l’île de Nantes avec le centre-ville. C’est là que l’équipe de l’Atelier de l’Ile de Nantes (Alexandre Chemetoff) opère son premier chantier « visible » du réaménagement de l’île, face au quai de la Fosse du XVIIIe siècle, qui marque l’entrée du centre-ville de Nantes. Objectif : transformer un ancien quai désaffecté en une promenade publique au bord de la Loire.

Alexandre Chemetoff, qui assure la maîtrise d’oeuvre de cette opération précise les grandes lignes : « On a abaissé le quai existant pour découvrir la pile de l’ancien pont transbordeur et faire redécouvrir aux promeneurs une perspective sur la Loire. L’estacade est désormais au même niveau que le quai qui lui fait face. » Ce niveau rabaissé permet également de voir « sous » le pont Anne-de-Bretagne qui bouchait la vue aval. « On a redécouvert le plan d’exécution du quai des années 30, qui est la base de notre projet, mais nos relevés in situ montrent que la réalité des implantations est différente du plan : les pieux avaient été battus dans un alignement fluctuant, en raison d’un sol difficile. En réutilisant ces implantations, c’est pour nous une façon de révéler l’histoire de l’île. »

Les travaux en cours transforment le quai en une série de promenades surbaissées par rapport au quai d’origine : la promenade se déroule précisément depuis le quai Crouan, devant les anciens chantiers navals, se prolonge sous le pont Anne-de-Bretagne par une passerelle linéaire de 24 m de long (cote 3,16 NGF), passe autour de la pile de l’ancien pont transbordeur, puis se poursuit sur une estacade abaissée sur 40 m à la cote 4,60 NGF. En amont, la promenade s’élargit (jusqu’à 9,5 m) en une estacade haute de 240 m de long devant le palais de justice et la future école d’architecture.

Devenir une nouvelle sorte d’espace public

Du point de vue technique, pour l’estacade basse « on a scié les poutres, refait des poutraisons horizontales au niveau 4,6 NGF pour poser la nouvelle passerelle qui permet de circuler autour de l’ancien pilier du pont transbordeur », précise-t-on à l’Atelier Ile de Nantes. Pour l’estacade haute, les corniches sont constituées d’éléments préfabriqués de 800 kg de béton placés de sorte à conserver les bollards d’amarrage. « Ils renfermeront un éclairage filtré par une grille de caillebotis. Des bancs sont prévus en profilés métalliques et assise en planche de chêne», précise Alexandre Chemetoff.

Les entreprises locales Armor et Cofex ont battu des pieux de 800 mm et un massif béton sur micropieux de l’autre côté du pont Anne-de-Bretagne sur lesquels repose la passerelle. Celle-ci a été apportée sur barge fluviale glissée sous le pont et montée par une grue de 200 tonnes.

Alors que vient d’être posée la passerelle métallique, la livraison globale du quai est prévue en juillet prochain. Montant des travaux : 1,130 million d’euros HT pour l’opération globale qui comprend aussi la réfection du perret en amont de la passerelle Schoelcher (signée Barto + Barto) et les emmarchements au niveau de la future école d’architecture.

Pour Alexandre Chemetoff, « ces aménagements sont un exemple pour le devenir de l’île : en partant de l’existant, en s’appuyant sur le relevé d’état des lieux comme source du projet urbain. Comment faire en sorte que la transformation des quais soit plus que l’aménagement des abords des bâtiments. C’est le point de départ de la transformation de l’île toute entière. Une nouvelle définition de l’espace public comme lieu d’expérimentation de la ville ».

Fiche technique

Génie civil et construction métallique : Sade (Saint-Herblain) et Acrotec (Treillières).

Métallerie : Fermci (Couéron).

Terrassement, enrobé, VRD, étanchéité : Eurovia et Boscher.

Fondations spéciales : Armor et Cofex pour fondations spéciales.

Eclairages et électricité : Cegelec Ouest.

PHOTO :

Après la mise en place des passerelles, le 24 février, la grue met en place les éléments préfabriqués de corniche et les murs de la rampe d’accès pour handicapés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X