Territoires

Ile-de-France Le syndicat des eaux investit plus d’un milliard

Le XVe plan quinquennal du Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) prévoit d’investir 1,049 milliard d’euros TTC sur la période 2016-2020 (contre 799 millions TTC dans le plan précédent). « Au moment où beaucoup de collectivités renoncent à investir, le Sedif fait le choix du volontarisme », indique André Santini, président de l’organisme. Pour ce XVe plan, qui se veut à la hauteur de la future métropole parisienne, une forte proportion de l’investissement (412 millions TTC) est dédiée aux canalisations de distribution vers les particuliers. A compter de 2018, le syndicat prévoit de renouveler 88 km de conduites par an au lieu de 66 km actuellement, soit, sur la durée du plan, 410 km de conduites renouvelés et 90 km remplacés en accompagnement d’opérations de voirie. « Il est légitime d’investir de tels montants dans le réseau de distribution. Sur une valorisation totale du patrimoine du Sedif de 10 milliards d’euros TTC, 8 vont à ce réseau », souligne Christophe Perrod, directeur général des services techniques. Autre gros poste de dépense : les usines de production d’eau potable auxquelles sont affectés 139 millions TTC afin de rénover les unités de filtration sur sable. Et, pour accompagner le développement urbain du plateau de Saclay, 60 millions TTC seront investis dans la création d’un réservoir de 3 100 m3 et d’une station de pompage à Palaiseau.

Stations de pompage et réservoirs modernisés.

Le Sedif attend de ce plan une amélioration des performances du réseau en diminuant de 10 % le nombre des casses annuelles. « Sur le réseau, nous avons un pic de pose dans les années 1930. Il est donc essentiel d’anticiper le renouvellement des canalisations afin d’éviter les à-coups de chantiers », ajoute Christophe Perrod. Autre objectif : disposer d’un parc de stations de pompage et de réservoirs modernisés.

Enfin, ce plan mise sur la qualité des eaux distribuées en allant au-delà des normes. Il s’agit de diminuer les traces de pesticides, de médicaments, et de livrer une eau pure sans chlore et presque sans calcaire. L’eau du Sedif est moyennement calcaire, entre 17° et 25° français. Objectif : produire une eau douce à 8° français, seuil à partir duquel l’amélioration est réellement perçue par les consommateurs.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X