Portrait Thierry Basset, jardinier en chef du domaine de Chantilly

Il observe, discute et fait

Depuis 2007, l’autodidacte veille avec attention et enthousiasme sur les 288 ha des forêts, plans d’eau et jardins du domaine qui accueille jusqu’à 6 000 visiteurs par jour. Ceux-ci espèrent sans doute croiser carpes et chevreuils, sans parler des fantômes du royaume de France. Depuis le printemps dernier, l’espace reçoit aussi les professionnels du végétal à l’occasion des Journées de Courson.

On rencontre Thierry Basset par un matin maussade, menacé par une pluie qui – heureusement – ne viendra pas. Dans ses pas, on découvre le domaine de Chantilly comme on ne l’a jamais vu : seuls au monde sur les pelouses dessinées par Le Nôtre, c’est peu dire que la magie opère ! Et agit même sur le jardinier en chef des lieux qui, bien qu’en poste depuis 2007, ne cache pas son plaisir de parcourir ses moindres coins et recoins. Un jet bouché, une branche morte en travers d’un chemin, un bassin qui déborde : rien ne lui échappe, et ses nombreux coups de fil à quelques-uns de ses 14 collaborateurs froissent le silence sans altérer la...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 381 du 10/07/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X