Régions

« Il faut organiser les projets dans le temps »

Mots clés : Collectivités locales

INTERVIEW Pierre Mauroy, sénateur, président de la communauté urbaine de Lille-Métropole

La communauté urbaine a récemment pris de nouvelles compétences, le développement économique, le patrimoine naturel et paysager, les grands équipements sportifs et culturels, puis le plan local de l’habitat (PLH). Quelles autres compétences envisagez-vous ?

La compétence PLH ouvre le chemin à une compétence habitat. C’est un sujet sensible car les maires sont encore réticents, par crainte de voir arriver dans leurs communes des populations « indésirables ». Mais je n’attendrai pas longtemps avant de relancer cette question. Car il y a une forte pression en matière de foncier à usage d’habitat dans la métropole et de plus en plus de difficultés pour les ménages à se loger dans nos villes. Seule la communauté urbaine a les moyens de réguler ces phénomènes. Mais les maires conserveront un rôle majeur grâce au permis de construire.

La communauté urbaine doit faire face à de lourdes dépenses pour les transports, l’assainissement et l’eau, les déchets ménagers, la voirie et l’aménagement – notamment dans les sites où la requalification urbaine s’impose – puis, aujourd’hui, en matière de développement économique avec, en particulier, de grands sites destinés à attirer des entreprises telles que Euralille 1 et 2, Eurasanté, la Haute-Borne, les Rives de la Haute-Deûle autour d’Euratechnologies, l’Union. A-t-elle les moyens de financer tous ces développements ?

Nous ferons tout ce que nous avons annoncé. Mais il faudra espacer les réalisations. Il faut organiser l’avenir, organiser le temps. Nous sommes à la croisée des chemins. La dette a baissé avec l’achèvement des gros investissements de ces dernières années. C’est une bonne chose. Si l’on veut un accord de gestion entre les 85 communes, il faut phaser les réalisations. Tout ne peut pas se faire en même temps. Mais la métropole a besoin de grands projets pour affirmer son rayonnement. Car elle a un avenir formidable. Elle est le pôle central d’une très vaste aire urbaine.

Comment peut-on renforcer les liens avec les territoires belges et français environnants ?

Après dix ans de bataille, j’ai enfin obtenu qu’un traité franco-belge qui doit être ratifié dans l’année, nous ouvre la voie à la création d’un syndicat mixte ou d’un district transfrontalier avec le Courtraisis et le Tournaisis. C’est un bond en avant. Une fois ce nouvel organisme créé, nous pourrons aller plus loin, établir un programme pour des réalisations communes, par exemple un lycée transfrontalier. Du côté du bassin minier, les liens sont déjà forts, il faut les consolider encore. De même vers le littoral qui est le front maritime de la métropole. Le développement à l’oeuvre dans la métropole doit être contagieux et entraîner les autres territoires.

DATES CLES

1973-1995

maire de Lille

Mai 1981-juil. 1984

Premier ministre

Juin 1989

président de la communauté urbaine de Lille-Métropole

Sept. 1992

sénateur du Nord

INDICATEURS

1 182 026 habitants (arrondissement de Lille)

124 communes dans l’arrondissement

85 communes dans la communauté urbaine de Lille-Métropole

(dont Lille : 212 000 hab, Roubaix : 96 900 hab, Tourcoing : 93 500 hab,Villeneuve-d’Ascq : 65 000 hab).

280 millions d’euros : dépenses d’investis- sements prévues en 2004 au budget LMCU .

1 344 hab/km2 : densité de population.

468 420 : nombre d’emplois

11,4 % : taux de chômage pour la zone d’emploi de Lille (764 250 habitants).

et 13,9 % pour la zone d’emploi de Roubaix-Tourcoing (417 770 habitants) (Assedic fin décembre, taux national 9,7 %).

PHOTO :

Maire de Lille durant plus de 30 ans, Pierre Mauroy est à la tête de LMCU depuis 1989.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X