Territoires Logement

« Il faut mettre fin au laxisme dans la construction »

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Serge Babary, maire de Tours (Les Républicains).

La ville de Tours et les professionnels du bâtiment ont récemment signé une charte destinée à éviter des erreurs d’urbanisme qui, pour le maire, défigurent le paysage tourangeau.

Pourquoi encadrer la construction neuve par une charte ?

Ma réflexion a débuté durant la campagne électorale en 2014. J’ai entendu une vraie colère des habitants contre la densification et le bétonnage d’un certain nombre de quartiers. Sur le plan quantitatif, on a constaté une surchauffe de la construction. Dans le Programme local de l’habitat (PLH), la quote-part de Tours était à l’époque de 690 logements, alors qu’on a en a construit environ 900 par an. Résultat, dans un quartier comme les Deux-Lions, au Sud, où on a maintenant 4 000 habitants, on n’a pas prévu d’école ou de garderie, ni anticipé la hausse du trafic. C’est un non-sens ! Je dénonce aussi l’uniformisation de l’architecture, et l’esthétique des couleurs et des formes. On est tout de même classé au patrimoine mondial de l’Unesco avec la vallée de la Loire ! Enfin, je remets en cause la nature des logements. On a construit des T1 et T2 en très grand nombre. Aujourd’hui dans ces quartiers, les jeunes couples ont des enfants et doivent partir en périphérie pour trouver des logements suffisamment spacieux.

De façon concrète, comment allez-vous désormais procéder pour l’examen des projets ?

La charte énonce un certain nombre de préconisations : respect de l’environnement, des perspectives, du bâti existant et adaptation aux besoins des populations, qui anticipent notre futur PLU. Et surtout, elle prévoit un nouveau mode d’instruction des dossiers, avec un atelier des avant-projets constitué d’élus et de professionnels. Pour tout projet, avant même l’esquisse d’un plan, une discussion aura lieu en atelier avec le futur promoteur, sur l’insertion dans l’environnement, l’harmonie architecturale, etc. Il y aura ensuite un deuxième entretien, pour vérifier que tout le monde se comprend bien, avant le dépôt de la demande de permis de construire. Grâce à ces règles claires, on évitera d’avoir à retoquer un projet au dernier moment, après des mois de travail. On va ainsi gagner du temps.

Ne craignez-vous pas que cette charte porte un coup d’arrêt au secteur du bâtiment ?

Je sais que c’est l’argument des promoteurs. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a actuellement 1 900 logements en stock, pour lesquels les permis de construire ont été accordés sans que la moindre construction ait démarré. Je n’ai jamais dit qu’il fallait moins construire. D’ailleurs dans le nouveau PLH, nous avons fixé la barre à 650 logements par an environ. Mais ce que nous souhaitons, c’est que l’on mette fin au laxisme qui a prévalu ces dernières années. Il faut à l’avenir que l’on construise mieux et différemment.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X