Territoires Maine-et-Loire

Il exporte l’ingénierie hippique française

Mots clés : Conception

Quatre Français ont monté leur « écurie » afin de réaliser un gigantesque ensemble dédié au cheval en bordure du golfe persique. L’architecte Thierry Le Borgne, directeur du département innovation des équipements équins (Idéé) à l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE), participe en effet avec Christian de Portzamparc, Gérard Vacheyrout et le paysagiste Renan Rousselot, à un grand concours organisé au Qatar. Ce projet de « Horse city » de 600 ha consiste non seulement à créer un vaste pôle équestre de 120 ha – comprenant un hippodrome, un terrain de polo, des écuries – mais aussi un golf, des logements, une tour signal, une marina, un centre commercial, etc. Dans cette compétition, l’équipe française affronte un pool d’architectes américains. La sélection pourrait intervenir dans les prochaines semaines.

Du Maroc à la Chine.

Thierry Le Borgne n’en est pas à son galop d’essai. Depuis qu’il a intégré les Haras nationaux en 1990, il a développé une compétence pointue en matière d’ingénierie hippique qui fait référence tant en France qu’à l’étranger. Parmi ses dernières réalisations figurent le stade hippique de la Hague (Manche) en 2012 et le centre équestre de Craon (Mayenne) livré à la fin 2014 (1,72 million d’euros HT). Au Maroc, Thierry Le Borgne a apporté une aide technique aux architectes chargés par la société royale d’encouragement du cheval de restructurer des complexes de reproduction. Et en Chine, il a été chargé de diffuser le label « équitation française ».
Basé au haras du Lion d’Angers (Maine-et-Loire), « le département Idéé s’intéresse tant aux infrastructures de type carrières, pistes, terrains de sauts d’obstacles qu’aux bâtiments tels les écuries, les centres équestres et les stations de monte, détaille Thierry Le Borgne. Nous devons faire du transfert de connaissances, publier des documents techniques sur la façon de construire des équipements et diffuser les dernières innovations auprès des filières équines et des collectivités locales. » 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X