Réalisations

Ibos et Vitart 185 logements Boulogne-Billancourt

Mots clés : Architecte - Bâtiment d’habitation individuel - Matériel - Equipement de chantier - Urbanisme - aménagement urbain - Verre

Face à l’île Seguin, les architectes Ibos et Vitart livrent leur première opération privée de logements dans la ZAC Seguin-Rives de Seine. S’accordant à l’échelle du grand paysage, sa façade double peau, parfaitement réglée, associe de généreux balcons filants.

Questionnez les architectes Ibos et Vitart sur le logement et ils vous renverront aux modèles des années 1960 et 1970, ces immeubles de standing aux larges ouvertures et balcons filants construits par Pouillon, Dubuisson et consorts, dont on loue aujourd’hui encore la puissance esthétique, le confort d’usage et la pérennité. Et de rappeler aussi que c’est le volume de ces commandes, et donc la masse des travaux, ainsi que la rationalisation recherchée par les architectes qui rendaient possible l’expérimentation de procédés constructifs avec les entreprises. « Les architectes s’épuisent dans les actuelles opérations de logements atomisées », font-ils remarquer. À Boulogne-Billancourt, pour ce qui est de l’échelle, on y est : le macrolot (D3B), désignant l’unité opérationnelle dans la ZAC Seguin-Rives de Seine et correspondant à un îlot entier, a été scindé en deux lots seulement. Coordonnateurs de l’îlot, Ibos et Vitart ont hérité du lot comprenant 5 300 m2 de surfaces commerciales sur cinq niveaux de parkings en infrastructure et 185 logements (l’agence SBBT ayant réalisé le second lot, 84 logements). Détail qui a son importance, les architectes n’avaient pas le suivi de chantier. Une situation assez courante dans la promotion immobilière privée, qui les a confortés dans l’idée de se recentrer sur l’essentiel, de pousser loin la logique de rationalisation du projet, afin aussi de maîtriser le budget serré (1 900 euros le m2 Shab).

Procédés industriels

Sur le plan formel, la réalisation se découpe en un plot et une barre en équerre, positionnés au-dessus d’un socle épais, réservé à des commerces. La...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 244 du 16/09/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X