Enjeux

Hunsinger croit au bois dur comme fer

Mots clés : Bois - PME

La PME alsacienne ne cesse de se développer sur le marché de la construction bois.

Plus de 700 m² de bureaux atteignant les performances d’un bâtiment passif, une salle d’exposition, une chaufferie alimentée par les déchets de production des ateliers : le siège social que le spécialiste du bois Hunsinger vient d’inaugurer à Thal-Drulingen (Bas-Rhin) démontre ses savoir-faire autant que ses ambitions. Le bâtiment (2,5 millions d’euros) est accolé à l’usine de 2 400 m2 construite en 2012 pour lancer l’activité de charpentes et d’ossatures bois. « Se doter de telles capacités fut un défi pour une société de notre taille, surtout dans la période économique actuelle, reconnaît Harald Schork, son P-DG. C’était la condition pour maîtriser notre croissance sur la construction bois au moment où celle-ci connaît un essor durable. »

L’histoire de la société repose sur cette capacité à attaquer les bons marchés au bon moment. Quand Jean-Georges Hunsinger hérite de la petite entreprise familiale d’agencement et menuiserie intérieure, en 1986, il a l’intuition de lancer une nouvelle activité – la menuiserie extérieure – auprès d’une nouvelle clientèle – celle des marchés publics. « C’était l’époque des premières grandes réhabilitations de logements sociaux : nous sommes très vite devenus une référence du marché en Alsace, puis nous avons élargi notre rayon d’action ailleurs en France et à l’international », se souvient le dirigeant.

En 2008, une nouvelle page s’ouvre.

A la recherche d’une solution pour sa succession, Jean-Georges Hunsinger accepte la proposition d’association d’Harald Schork. Cet entrepreneur allemand croit dans le potentiel de la construction bois couplée à des isolants écologiques et à une ingénierie rigoureuse. Techniquement, la société s’inspire des pratiques allemandes (murs perspirants, étanchéité des pieds de façade) et se différencie par sa capacité à réaliser des constructions certifiées Passivhaus sur toutes les typologies de bâtiments. Les chantiers de référence s’enchaînent : centre socio-culturel de la cité Wagner à Mulhouse (Haut-Rhin), îlot de 32 logements à Saint-Louis (Haut-Rhin), pôle d’efficacité énergétique de Saverne (Bas-Rhin)…

Trois ans après la création de l’usine de Thal-Drulingen, la construction bois pèse déjà 30 % de l’activité, contre 40 % pour la menuiserie extérieure et 30 % pour l’agencement. Les effectifs sont passés de 35 à 49 personnes, et le chiffre d’affaires a atteint un nouveau palier à 11 millions d’euros. « Face au recul des marchés publics, le segment de la maison individuelle devient une priorité, et offrira un débouché à nos activités de menuiserie extérieure et d’isolation », indique Harald Schork. Autre marché prometteur visé : les caissons préfabriqués pour toitures, et la façade rapportée pour habiller et isoler les constructions en béton anciennes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X