Management et prévention

Huit jeunes patrons dévoilent leur stratégie de financement

Mots clés : Création d'entreprise - Energie renouvelable - Matériel - Equipement de chantier

Qu’ils aient fait appel à des fonds régionaux ou nationaux, à des parrains ou à des banques, ils ont su se donner les moyens de leurs ambitions.

Retrouvez les portraits des créateurs cités dans cette enquête sur le site www.lemoniteur-expert.com

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

H3C-énergies - Services et conseils en énergie - Des banques institutionnelles pour franchir une taille critique

>« Aujourd’hui, nous sommes l’une des cinq entreprises de conseil en maîtrise d’énergie les plus crédibles », estime Jean-Charles Colas-Roy, directeur marketing de H3C-énergies, et l’un de ses fondateurs avec Thomas Herber, Emmanuel Collet et Cyril Cachat. Une réussite qu’il impute à trois facteurs clés : la présence de parrains (un entrepreneur et un universitaire) à la tête de l’entreprise, de belles références (université de Versailles, aéroport de Lyon-Saint-Exupéry…) et une volonté affichée de grandir vite. « Nous n’avons jamais hésité à franchir une taille critique, raconte Jean-Charles Colas-Roy. C’est très important de montrer que nous avons de l’ambition. » Pour se donner les moyens de cette ambition, l’entreprise, installée dans un pôle de compétitivité, s’est d’abord tournée vers des prêts bancaires. Désormais, elle ambitionne de doubler son chiffre d’affaires chaque année pendant quatre ans. Pour ce faire, elle ouvre son capital à des investisseurs bancaires institutionnels. Avec, en ligne de mire, de nouveaux locaux, de nouvelles agences – notamment à l’international – un déploiement de sa R & D, des embauches. « Notre envie ? Créer de nouvelles activités sur le conseil en énergie, et gagner des parts de marchés dans le diagnostic énergétique », résume le directeur marketing.

FICHE

Date de création : juillet 2004.

Siège : Meylan (Isère).

Effectif : 20 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 1,5 million d’euros.

ENCADRE

AJLiT - Conception, installation et maintenance de machines à laquer les profilés aluminium - Des investisseurs régionaux pour conquérir le monde

>Emirats arabes unis, Maghreb, Réunion, Tahiti… Ces nouvelles destinations s’ouvrent à AJLiT grâce à la levée de fonds que la jeune entreprise a réalisée cette année. « Tout était prévu dès le départ dans notre business plan », relate Alain Marcusse, le manager commercial de l’entreprise et l’un des quatre fondateurs, avec Jean Baseilhac, manager administratif, Lionel Fraysse, président, et Thierry Simonneau, manager technico-commercial. « Nous avons consacré nos trois premières années à la mise au point de notre machine à laquer, précise-t-il. Puis, l’année suivante, nous avons démarré la commercialisation, avec sept machines vendues. »

Dans un premier temps, pour financer leurs années de recherche et développement, les quatre dirigeants se tournent vers des capitaux-risqueurs régionaux : l’Institut régional de développement industriel (Irdi). « Ils ont facilité notre implantation régionale », souligne Alain Marcusse. Pour la deuxième levée de fonds (600 000 euros), AJLiT a de nouveau fait appel à eux. Ils ont accepté, confirmant ainsi la confiance qu’ils avaient dans l’entreprise ; l’Irdi a en outre amené avec lui deux fonds d’investissement de proximité. Cet argent devrait permettre à l’entreprise de se développer à l’export pendant deux/trois ans.

« Une entreprise industrielle qui nécessite de gros investissements doit soit posséder une très grosse capacité d’autofinancement, soit aller chercher des financeurs, analyse Alain Marcusse. Sachant que cette deuxième option permet de rassurer les banquiers. »

FICHE

Date de création : avril 2004.

Siège : Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Effectif : 23 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 2,7 millions d’euros.

ENCADRE

Panosol - Installateur en énergies solairesUn fonds spécialisé pour mieux décoller

>Sept mille cinq cents euros. C’est ce que chacun des deux jeunes créateurs de Panosol a apporté au démarrage de l’entreprise. « J’ai dû vendre ma voiture, rapporte Nicolas Durand, 25 ans, et me porter caution personnelle, tout comme mon associé, Mathieu Pauc. » Un an et demi plus tard, lorsque leurs agences ont commencé à tourner, il a fallu accélérer les choses. « Mais nous ne pouvions pas emprunter plus au regard de la taille de notre structure, explique Nicolas Durand. Quant aux business angels, leurs tickets étaient trop petits. Nous avions besoin de 1,2 million d’euros. » La levée de fonds s’impose à eux. Le choix se porte sur Demeter, un fonds spécialisé dans les jeunes pousses vertes et qui avait déjà repéré Panosol. « Nous n’aurions jamais eu cette croissance sans eux », reconnaît Nicolas Durand, qui se dit déjà approché pour un deuxième tour de financement… « Mais nous devons rester attentifs à bien gérer l’humain, car nous sommes de plus en plus nombreux », souligne le créateur, celui-ci demeure, avec son associé, le plus jeune de l’entreprise, « juste derrière le salarié en contrat de professionnalisation »!

FICHE

Date de création : mars 2006.

Siège : Toulouse (Haute-Garonne).

Effectif : 30 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 5 millions d’euros.

ENCADRE

Amoès - Bureau d’études, assistance à maîtrise d’ouvrage et développeur de solutions en énergie positive - Des concours pour faire évoluer son projet

>Prix EnR 21, « 92 entreprendre », Oséo catégorie « Emergence », Prix de l’ingénierie du futur, Petit poucet innovation… Bardée de diplômes, la jeune société Amoès a mis, dès sa création, toutes les chances de son côté. « Notre objectif, en candidatant à tous ces concours, était à la fois de ramener de l’argent et de confronter notre projet pour le faire évoluer », explique Damien Lambert, fondateur de l’entreprise avec François Bourmaud, directeur technique, Rémi Daccord, directeur recherche et développement et David Chénier, directeur bureau d’études. « Ainsi, 92 Entreprendre nous a permis de rencontrer le patron du groupe Idex, grand groupe français exploitant des systèmes de chauffage. »

Le positionnement d’Amoès en matière de propriété intellectuelle, de marketing ou encore de développement commercial, s’est modifié au fur et à mesure pour aboutir aujourd’hui à un objectif clairement défini : développer les bâtiments à énergie positive. Un positionnement qui se décompose en deux activités : une activité bureau d’études sur le bâtiment à basse consommation et la mise au point d’un prototype de chaudière à bois.

FICHE

Date de création : avril 2007.

Siège : Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

Effectif : 7 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 250 000 euros.

ENCADRE

Inclusol - Amélioration des sols et réalisation de fondations spéciales - Un institutionnel pour rassurer les banquiers

>Créée par Samuel Turle et Pierre-Yves Riou, Inclusol a, dans les premiers temps, pu s’appuyer sur une société de gros œuvre, reprise en 2003 par ce dernier. Puis la croissance de la jeune pousse s’est accélérée : il a fallu réaliser des investissements dans l’immatériel, créer d’autres agences, consommer davantage de « besoin en fonds de roulement » sur de grosses opérations…

« En discutant avec d’autres chefs d’entreprise, je me suis rendu compte que tous avaient eu recours à des investisseurs extérieurs pour financer leur croissance », relate le directeur général. Lequel reconnaît que céder une partie de son entreprise n’est guère aisé mais nécessaire, pour tout patron dont l’ambition dépasse les frontières nationales.

Ce second souffle, les deux jeunes dirigeants l’ont trouvé auprès de Sodero, une société de capital-investissement détenue par la Caisse d’Epargne. « Nous avons une relation très saine avec eux, souligne Pierre-Yves Riou. Nous les tenons informés de nos gros investissements, de l’évolution du marché… Eux nous apportent une crédibilité supplémentaire, et leur présence dans notre capital, à hauteur de 10 %, rassure les banquiers. »

FICHE

Date de création : janvier 2004.

Siège : Machecou (Loire-Atlantique).

Effectif : 25 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 6,5 millions d’euros.

ENCADRE

HBS Research - Création et gestion d’une banque de données sur l’immobilier de bureaux - Un comité stratégique pour confronter ses orientations

>Dès le lancement de leur projet, et parce qu’ils ont dû créer leur propre marché, les trois fondateurs de HBS Research – Laurent Bignier, Thomas Soares et Blaise Heurteux – ont pris soin de bien s’entourer. De leur banquier, d’abord. « Il nous remet parfois les pieds sur terre », concède Blaise Heurteux. De leur parrain du réseau Entreprendre, ensuite, qui permet de dénouer « certains soucis de management ». De leur comité stratégique, enfin et surtout. « Nous avons choisi les membres de ce comité dès le départ, explique Blaise Heurteux. Nous voulions qu’ils soient entrepreneurs, dans l’immobilier et reconnus par le marché. Nous attendons d’eux qu’ils nous transmettent leur expérience et rassurent les interlocuteurs de notre jeune société. » Parmi les membres de ce comité figurent Jean-Louis Solal, le créateur des premiers centres commerciaux français, Claude Heurteux, l’un des principaux acteurs des marchés d’immobilier d’entreprise, un président de chambre des notaires et un business angel. « Ils jouent le rôle de filet, complète le créateur. Lorsque, parfois, nous avons tendance à nous mentir à nous-mêmes, eux sont là pour poser les bonnes questions, pour nous aider à nous projeter dans l’entreprise. »

Preuve de leur implication : lorsque HBS a cherché des fonds, en octobre 2007, alors que son chiffre d’affaires commençait à peine à décoller, ils ont souscrit. Aujourd’hui, alors que l’entreprise souhaite accélérer sa croissance, elle sait qu’elle peut compter sur son comité stratégique pour choisir les meilleurs investisseurs.

FICHE

Date de création : mars 2006.

Siège : Suresnes (Hauts-de-Seine).

Effectif : 11 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 1 million d’euros.

ENCADRE

Solaire Direct - Conception, installation et exploitation d’infrastructures de production d’électricité solaire - Trois fonds pour consolider son projet de création

>Dès l’origine, les fondateurs de solairedirect, Thierry Lepercq et Amaury Korniloff, voulaient faire de leur entreprise le grand opérateur d’électricité solaire en France. Aussi, dès 2004, ils ont commencé à discuter de leur projet avec des fonds. « Ce ne sont pas de simples carnets de chèques, explique Thierry Lepercq. Ils apportent une réelle valeur stratégique. Nous avons construit avec eux une véritable relation de confiance. »

Trois fonds ont finalement intégré le capital de solairedirect, à hauteur de 73 % : Demeter (fonds parrainé par la Caisse des dépôts), Schneider Electric Ventures (pour un partenariat industriel) et Techfund (pour son expérience dans le domaine de l’énergie).

En deux ans, l’activité de cette société a littéralement explosé. « Nous sommes passés de 30 à 200 systèmes vendus par mois, illustre Thierry Lepercq. Notre effectif a bondi de 10 à 100 personnes en l’espace d’un an. » Un effectif qui a amené les jeunes patrons à conjuguer des savoir-faire, à faire travailler ensemble des gens aux cultures très différentes. Consultée en qualité d’expert sur le plan Solaire Méditerranée, dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée, la jeune société suit de près les réflexions que peuvent avoir d’autres pays sur la nécessité de rendre l’énergie solaire accessible à tous. Carl’« horizon stratégique » de cette pépite ne saurait se limiter au territoire national.

FICHE

Date de création : octobre 2006.

Siège : Paris.

Effectif : 110 personnes

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 40 millions d’euros.

ENCADRE

France éoliennes - Vente, installation et maintenance de petites éoliennes - Un intermédiaire pour identifier le meilleur investisseur

>«Valorisation, conditions d’entrée, facteur humain » : sur ces trois critères, Frédéric Bénédite, le président de France Eoliennes, a choisi le fonds qui allait soutenir le développement de son entreprise – qui connaît une croissance à trois chiffres – et ainsi contribuer à sa pérennisation. Le choix s’est finalement porté sur un fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI), propriété de la banque Oddo, qui a investi 2 millions d’euros.

« Pour choisir notre fonds, nous sommes passés par un intermédiaire financier, Chausson Finance, relate Frédéric Bénédite. Il nous a aidés à plusieurs niveaux : l’établissement d’une bonne estimation de la valeur de notre entreprise, la sélection de fonds spécialisés et la présentation de la société. »

Cette aide, le jeune patron la juge indispensable : « La recherche de fonds peut prendre énormément de temps ; or l’entrepreneur ne doit pas quitter son métier, souligne-t-il. En outre, l’intermédiaire étant payé sur un pourcentage des fonds levés, il prendra soin d’évaluer la pertinence du dossier en fonction de sa capacité à le vendre. »

FICHE

Date de création : février 2006.

Siège : Fay-aux-Loges (Loiret).

Effectif : 46 personnes.

Chiffre d’affaires prévisionnel 2008 : 9 millions d’euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X