Territoires Calvados

Honfleur Normandy Outlet, happy end d’un feuilleton qui aura duré huit ans

« C’est un projet qui a failli ne pas voir le jour mais, finalement, l’intelligence a gagné. » Michel Lamarre, le maire de Honfleur, ne boude pas son plaisir d’accueillir à l’horizon 2017 le premier village de marques nouvelle génération du Grand Ouest. Ce dossier, porté depuis huit ans par la Shema (Société hérouvillaise d’économie mixte pour l’aménagement), il l’a défendu bec et ongles, envers et contre tous. En 2007, la Shema lance une consultation pour le développement d’un pôle commercial dans le parc d’activités Calvados Honfleur, qui s’étend sur 120 ha au pied du pont de Normandie. Sur huit réponses, sept plaident en faveur de la création d’un village de marques. Un groupement formé de l’opérateur espagnol Neinver, de l’investisseur néerlandais MAB Development et de l’architecte- urbaniste Edouard François est retenu. Mais le plus dur est à venir.

Durant quatre ans, le projet va être attaqué de toutes parts. L’affaire monte jusqu’au Conseil d’Etat, mais in fine, tous les recours sont rejetés. Nous sommes alors en 2012, l’opération va enfin pouvoir démarrer sauf, qu’entre-temps, la crise mondiale a « fait son travail de sape ». Et du groupement désigné en 2008 ne reste plus qu’Edouard François. Alain Kendirgi, le directeur de la Shema, repart donc au combat. Il faut d’abord négocier la reprise des parts sociales des sortants, puis se mettre en quête d’un nouveau gestionnaire et d’un nouvel investisseur. Advantail et le fonds londonien Resolution Property seront ceux-là (l’ultime signature date du 3 juin).

Un projet de territoire.

Le site, sa facilité d’accès, l’ambition du projet (100 millions d’euros d’investissement, 18 000 m2 de boutiques), mais aussi la qualité du partenariat avec la Shema auront été autant d’éléments déterminants dans l’engagement de ces derniers. Tout comme le degré d’exigence architecturale affiché par Edouard François. Son dessin n’est « pas transposable », dixit l’intéressé. De fait, on est très loin du village de marques classique. Le maître d’œuvre a inversé le sujet. « Honfleur Normandy Outlet se caractérise par son insertion dans un paysage naturellement exceptionnel, explique-t-il. J’ai souhaité qu’il génère aussi par lui-même un paysage d’exception, ce qui en fera une destination en soi. » Une destination verte. Honfleur Normandy Outlet se présente, en effet, comme une colline du pays d’Auge s’ouvrant sur une faille commerçante ponctuée de trois maisons normandes traditionnelles. Alain Kendirgi entend en faire « la porte et le cœur du développement de la région à l’international ». Car Honfleur Normandy Outlet se veut avant tout un projet de territoire. Vingt ans après l’inauguration du pont de Normandie, c’est la première pierre du développement estuarien de la Seine qui est ici posée. Les appels d’offres de travaux seront lancés en septembre pour un démarrage du chantier début 2016.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X