Réalisations

Herzog & de Meuron Musée Unterlinden Colmar

Mots clés : Établissements de culte, funéraire - Manifestations culturelles - Musées - galerie - Rénovation d'ouvrage

L’extension du musée Unterlinden déborde de son site initial, un couvent médiéval, pour investir l’espace public et les bâtiments environnants, avec une démarche fine d’insertion dans le centre ancien de la ville.

S’immiscer, s’infiltrer, s’effacer, et finalement se fondre dans le paysage urbain du centre ancien de Colmar : on n’attendait pas forcément de l’architecture d’Herzog & de Meuron une telle posture, s’agissant de la rénovation et de l’extension d’un musée. Certes, pas nimporte lequel. Le musée Unterlinden, qui abrite le fameux retable d’Issenheim, œuvre médiévale monumentale de Grünewald, est l’un des plus fréquenté de province et siège depuis 1853 dans l’ancien couvent des dominicaines fondé au XIIIe siècle. Et c’est justement la virtuosité que les architectes ont déployée qui est remarquable, en associant, reliant et adaptant des éléments complètement disparates pour en faire un équipement culturel malgré tout cohérent et lisible.

Outre le couvent médiéval, son cloître, son jardin et sa chapelle, le musée a donc désormais investi les anciens bains municipaux, construits en 1906 de l’autre côté de la rue, et un édifice neuf, situé à l’arrière, « l’Ackerhof », du nom de la ferme qui occupait les lieux naguère. La rue elle-même est devenue en quelque sorte une partie du musée, publique et à ciel ouvert : débarrassée de la gare de...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 249 du 14/03/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X