Régions

Hauts-de-Seine Un parc urbain le long de la Seine entre le pont de Sèvres et Paris

Mots clés : Aménagement paysager - Espace vert - Travail

Le projet Vallée rive gauche, soumis à enquête publique à la fin de l’année, s’articule autour de la requalification de la RD7 et l’aménagement des bords de Seine, sur 4,2 km, entre le pont de Sèvres et Paris. L’ouverture au public de ce grand parc linéaire de 14 ha, dont la conception a été confiée à Ilex, est prévue en 2016.

En attendant le déroulement de l’enquête publique à la fin de l’année, le conseil général des Hauts-de-Seine lance une vaste campagne d’information (1) sur le projet Vallée rive gauche (VRG). Il s’agit de l’aménagement de 4,2 km de berges de Seine le long de la RD7, entre le pont de Sèvres et Paris (boulevard périphérique), en passant par Sèvres, Meudon et Issy-les-Moulineaux.

Ce projet comprend à la fois la transformation de la route départementale en boulevard urbain à 2 x 2 voies, ponctué de carrefours à feux (6 ha), et la création – sur les bords du fleuve – de 14 ha d’espaces verts et paysagers et de circulations douces avec l’aménagement de cinq grandes pelouses.

Valoriser les berges naturelles

« Les berges en l’état actuel ne sont pas conformes à la qualité de nos villes. Le projet VRG répond à leur ouverture sur la Seine et à leur reconquête », souligne Hervé Marseille, maire de Meudon et vice-président du conseil général, en charge des déplacements. Avec les aménagements déjà réalisés à Puteaux et à Suresnes, la VRG complète ainsi la continuité de l’aménagement tout au long des berges de Seine. « Malgré un espace à aménager contraint, large de 10 à 45 m, nous avons voulu donner l’impression d’un grand parc linéaire urbain et créer une biodiversité sur cette faible épaisseur », explique la paysagiste Nadia Herbreteau, chef de projet chez Ilex, l’un des maîtres d’œuvre.

Le projet vise à valoriser des berges naturelles, avant les quais de Paris entièrement minéraux. La problématique du projet, en tenant compte des contraintes, trouve son équilibre entre l’accueil du public et la préservation de berges naturelles sensibles. « Nous avons donc alterné ces pelouses et un système de promenades surélevées grâce à des digues perméables. Cela permet de sillonner les berges aux endroits étroits et de préserver les continuités piétonnes », ajoute la paysagiste. L’aménagement de roselières protège les berges contre l’érosion et préserve le biotope. Enfin, les eaux non chargées sont récupérées par un système de noues qui aboutit à un bassin filtrant de 200 m² en cascades situé à la limite de Sèvres et de Meudon.

Début des travaux en 2011

La déclaration d’utilité publique ainsi que le choix des entreprises devraient être réalisés en 2010, et les travaux s’échelonner entre 2011 et 2015. La livraison est prévue en 2016. Le coût du projet s’élève à 200 millions d’euros répartis entre l’aménagement de la RD7 (90 millions), la création des espaces paysagers (70 millions) et l’acquisition du foncier (40 millions).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique (aménagement des berges)

Maître d’ouvrage : conseil général des Hauts-de-Seine, direction de l’eau.

Maître d’œuvre : llex (paysagiste-urbaniste, mandataire), ateliers Lion (architecte), Menighetti (programmation), OGI (BET VRD), Confluence (BET environnement).

(1) Panneaux d’information pour les automobilistes et les piétons, 172 000 dépliants distribués dans les boîtes aux lettres et site internet : www.vallee-rive-gauche.fr
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X