Régions

Hauts-de-Seine Début de la concertation sur le projet Vallée-Rive gauche

Mots clés : Aménagement paysager

La concertation préalable sur le projet Vallée-Rive gauche a lieu du 15 septembre au 15 décembre. Sous la responsabilité du département des Hauts-de-Seine, trois communes – Issy-les-Moulineaux, Meudon, Sèvres – accueillent un projet d’aménagement double : berges de Seine et RD 7. « Pour la première fois, aménagement routier et paysager sont traités ensemble. Ce qui donne une cohérence au projet, et montre que l’environnement ici n’est pas traité de façon résiduelle », explique le président du conseil général, Patrick Devedjian. L’enjeu : ouvrir les trois communes sur le fleuve, fluidifier la circulation, restituer les rives aux habitants, préparer l’avenir. La maîtrise d’œuvre a été confiée à l’équipe composée d’Ilex (paysagiste-urbaniste, mandataire), Ateliers Lion, Menighetti, OGI et Confluences. On attend, pour 2015, 42 000 emplois et 19 000 nouveaux habitants.

Investissement de 200 millions d’euros

« Le dossier de l’aménagement des berges de Seine et de la RD7 est ouvert depuis vingt ans. Il est urgent de régler ce problème. Les bords de Seine doivent être conformes à la qualité de ces trois communes, où sont implantées des entreprises de haut niveau », souligne pour sa part Hervé Marseille, maire de Meudon.

Sur quatre kilomètres et vingt hectares – 14 ha d’espaces verts, 6 ha de voirie – la RD 7 sera aménagée en boulevard urbain. Des circulations piétonnes et cyclistes seront établies le long de la Seine. Sur ce parcours, des « lieux majeurs ». Par exemple, le Belvédère du Pont-de-Sèvres. Un investissement de 200 millions d’euros, dont 38 millions pour le foncier, 68 millions pour l’aménagement des berges (financés à hauteur de 20 % à 30 % par les communes) et 84 millions pour la voirie.

Les divergences locales portent essentiellement sur l’aménagement routier. Trois possibilités : 2 × 2 voies avec feux rouges ; deux fois une file et demie (circulation et piste cyclable) avec carrefours à feux ; deux fois une file et demie avec giratoires sans feux. Les associations vertes militent pour cette troisième solution, de nature, selon elles, à fluidifier la circulation, à modérer la vitesse des voitures en jouant la carte de la régulation naturelle. Ce choix se fonde sur une expérience réussie de rond-point ovale implanté à Nantes et à la hauteur du Carrefour de Vaugirard, à la limite de Sèvres et de Meudon.

Le conseil général pourrait approuver le bilan de la concertation en janvier prochain. Il lancera ensuite (mai-juin) les enquêtes publiques pour une DUP prévue en décembre 2009. Le chantier pourrait se dérouler de 2010 à 2014.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X