Territoires

Haute-Vienne Un budget 2016 voté, qui fâche l’opposition

Avec une enveloppe globale de 431,1 millions d’euros, le budget primitif du conseil départemental de la Haute-Vienne, en hausse de 1,3 % par rapport à 2015, maintient un net effort d’équipement : « 70,4 millions d’euros sont votés pour soutenir l’emploi et l’activité économique sur le département », indique Jean-Claude Leblois, président socialiste du conseil départemental. A comparer aux 115,9 millions d’euros consacrés au financement des allocations individuelles de solidarité, et qui représentent un tiers des dépenses de fonctionnement de la collectivité. Pour assurer cette progression, le taux de taxe foncière, seul levier fiscal du département, augmente de 4 % cette année. La Haute-Vienne a choisi de construire un budget « cohérent et maîtrisé, malgré les contraintes. L’effort demandé aux collectivités territoriales se répercute de nouveau, cette année, sur l’élaboration du budget 2016 », se désole Jean-Claude Leblois. Alors que les dépenses liées à l’action sociale et médico-sociale continuent d’augmenter, le département a perdu 5,2 millions de dotations d’Etat pour 2016. « Depuis 2013, ce sont 13,2 millions de recettes en moins. »

Cas unique dans les annales de l’Assemblée, les élus de l’opposition ont claqué la porte : le futur centre aquatique de Saint-Pardoux a cristallisé les oppositions. Ce projet de 16 millions d’euros, dont le chantier a démarré en septembre, est jugé trop éloigné des établissements scolaires par certains élus, alors que l’exécutif tente de développer l’attractivité touristique du lac de Saint-Pardoux, propriété du département. Un vote séparé du dossier n’a pas été accepté par le président, ce qui a provoqué le départ des élus de l’opposition.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X