Régions

Haute-Normandie Le CESR hiérarchise les projets d’infrastructures

Mots clés : Transport ferroviaire - Transport maritime

Saisi par Alain Le Vern, président du conseil régional de Haute-Normandie, qui souhaitait un avis sur la hiérarchisation des projets d’infrastructures, le conseil économique et social régional (CESR) a rendu son rapport en mai. Le conseil a retenu 14 projets répartis en trois catégories selon le degré d’urgence à ses yeux.

Quatre opérations prioritaires

Quatre projets, les plus lourds financièrement, sont inscrits dans la première catégorie : la construction d’une nouvelle gare SNCF à Rouen, couplée avec la création d’une ligne ferroviaire dans le Mantois (Yvelines) ; les opérations de développement du Grand port maritime du Havre, hors doublement de l’écluse François-Ier ; la liaison A28/A13, anciennement appelée contournement est de Rouen ; enfin, les contournements ferroviaires de Paris pour les services de fret.

Ces projets se heurtent souvent à des problèmes de financement. Le CESR souhaite une implication forte du conseil régional et propose plusieurs pistes : recours accru aux PPP, constitution d’un pôle financier public régional ou lancement d’un grand emprunt obligataire par le conseil régional.

Parmi les projets de rang deux, on peut relever la régénération de la ligne ferroviaire Serqueux-Gisors, fermée en janvier mais maillon potentiel du contournement nord de l’Ile-de-France pour les convois de fret (entre 120 et 300 millions d’euros) ; le réaménagement des accès au pont de Tancarville (de 70 à 300 millions) ; enfin, le troisième franchissement de l’estuaire de la Seine, dont les premières études ont été lancées (1,4 milliard, sans les accès).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X