Territoires

Haute-Garonne Muret mobilise Promologis

Maïmat 1, une opération de 148 logements locatifs sociaux livrés en juin 2014 par l’entreprise sociale de l’habitat (ESH) Promologis à Muret (Haute-Garonne), sera suivie par Maïmat 2. Au nord du site, l’ESH va réaliser avec la même agence toulousaine Puig Pujol Architecture (PPA) un nouveau programme de 40 logements en accession sociale à la propriété. Jouant avec la proximité d’une pépinière de 5 000 arbres, PPA a travaillé la relation à l’extérieur des logements en proposant de planter des arbres au bout des terrasses de 20 m2 de surface utile conçues dans le prolongement des séjours. « L’objectif est d’apporter de la mixité sociale dans le quartier. Nous avons essayé de donner une dimension individuelle à ces logements répartis dans deux bâtiments conçus comme des plots », explique Manuel Puig, architecte chez PPA. Pour ce projet ambitieux, la maîtrise d’œuvre propose un procédé constructif complexe basé sur le principe de façades béton pré-isolées. Promologis annonce une consultation des entreprises au cours du trimestre. Les travaux, dont le coût est estimé à 3,8 millions d’euros HT (VRD et aménagement paysager compris), débuteront l’été prochain.

Opération de démolition-reconstruction.

Opérateur historique de Muret, ville-centre de l’agglomération du Muretain (16 communes, 94 000 habitants) au sud de Toulouse Métropole, Promologis porte avec les architectes de PPA un autre projet dans le quartier prioritaire nord-Saint-Jean. Dans le cadre de l’opération de rénovation urbaine de Gasc-Monsand dont le coût se situe autour de 30 millions d’euros, l’ESH va démolir 158 des 188 logements qu’elle a construits dans les années 1950. « Nous en reconstruirons près de 200. Reste à déterminer la répartition entre locatifs et accession à la propriété, détaille Eric Radepont, directeur du développement de Promologis. Dans ce secteur entouré de pavillons, tout l’enjeu est de réussir la couture urbaine avec différentes typologies de logements et différentes formes urbaines. ». Cette opération à tiroirs va s’étaler dans le temps avec quatre à cinq phases, dont la première devrait être livrée en 2019.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X