Régions

Haut-Rhin Le lycée Jean-Mermoz achève sa mutation

Mots clés : Architecte - Architecture - Education - Produits et matériaux - Second oeuvre - Technique de construction

Six ans de démolitions, de restructurations et d’extensions en site occupé s’achèvent, dans la plus grande cité scolaire d’Alsace. Pour la rentrée 2008, les 1 400 lycéens de l’établissement Jean-Mermoz, à Saint-Louis, ont trouvé des bâtiments totalement débarrassés des engins de chantier. Pour achever l’opération, il ne manque plus que le bâtiment de services, dont le chantier interviendra en 2009, dans la cour qui servait autrefois d’entrée au site, face à l’autoroute.

Diversité et cohérence

« La qualité du système constructif initial nous a permis de jouer comme avec un lego, ce qui a facilité le travail de démolition partielle et le phasage de l’opération », explique Jean-Mathieu Collard, dont l’agence Les Architectes SA a suivi le chantier après avoir signé les esquisses aux côtés de Rey Lucquet, autre société d’architecture strasbourgeoise. La cohabitation entre plusieurs générations d’architectes d’après-guerre produit une remarquable cohérence de l’ensemble : au gravier apparent des façades initiales, répondent les galets en gabion des nouvelles clôtures. Le nouveau lycée complète l’internat réalisé dans les années 1990 par l’agence Sutter et Laburte, également maître d’œuvre de la passerelle qui relie les deux établissements. Rouges et noires, les nouvelles vêtures en terre cuite annoncent la révolution de l’isolation par l’extérieur, avec quelques années d’avance. A l’intérieur, les 12 000 m2 de parquets en bois massif feront date : « Jamais nous n’étions allés aussi loin avec ce matériau », signale Benoît Goepfert, chef de projet au conseil régional d’Alsace.

Le bois apporte aussi sa chaleur et une touche de fantaisie au faux plafond du préau : la disposition aléatoire des lattes anime la longue ligne droite conduisant au hall d’accueil. La quête de confort et celle d’économie d’énergie se rejoignent dans l’éclairage naturel, qui atteint les couloirs des bâtiments les plus épais. A l’extérieur où la paysagiste Agnès Daval a planté 200 arbres, une légère déclivité amène les eaux pluviales dans les jardins qui ont gagné du terrain sur les surfaces imperméabilisées.

La section Arts plastiques a bénéficié de la complicité des architectes qui ont exécuté le projet lauréat d’un concours ouvert aux élèves, pour l’aménagement du patio intérieur. Les bâtisseurs, eux aussi, ont laissé leur trace : les ouvriers de Schoenenberger ont imprimé leur nom sous l’un des panneaux en terre cuite, apportant sa touche d’humanité au grand chantier régional.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : conseil régional d’Alsace.

Conducteur d’opération : Soderec, Sesa.

Maître d’œuvre : Les Architectes SA, Rey Lucquet (mandataire), OTE Ingénie­rie, Tribu, JP Lamoureux, Agnès Daval.

Calendrier : 2002 à 2008.

Investissement : 38,4 millions d’euros.

ENCADRE

Rencontre architecturale le 15 octobre

La cité scolaire Jean-Mermoz accueillera le 15 octobre une journée de débat entre architectes et maîtres d’ouvrage de l’agglomération trinationale de Bâle. Le conseil régional d’Alsace s’associe à l’organisation de cette manifestation inscrite aux huitièmes « journées de l’architecture », qui se déroulent du 1er au 21 octobre entre Bâle et Karlsruhe.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X