Territoires

Haut-Rhin L’île du Rhin surfe sur la coopération franco-allemande

L’île du Rhin à Vogelgrun engage sa transformation en une « nouvelle entrée de la France », selon la communauté de communes du Pays de Brisach. La collectivité entend mieux exploiter le potentiel du site en bordure du fleuve : il offre une vue imprenable sur la coquette ville allemande limitrophe de Breisach et sa cathédrale dressée sur un éperon rocheux, mais demeure largement ignoré par les 15 000 véhicules quotidiens qui empruntent le pont-frontière attenant.

La première et principale étape consiste en l’implantation d’un centre culturel et touristique à vocation franco-allemande. Ce profil d’équipement a été retenu à la suite d’un concours d’idées organisé en 2011 sur l’aménagement du site. Assistée de l’Adauhr (Agence départementale d’aménagement et d’urbanisme du Haut-Rhin), la collectivité a lancé un concours d’architectes qui a été remporté par le duo transfrontalier formé par Hugues Klein (Mulhouse) et Michael Gies (Fribourg-en-Brisgau). Le conseil communautaire a validé le choix en octobre, dégageant la voie pour un avant-projet définitif en juin 2016 puis un chantier de mars 2017 à fin 2018. Le coût d’opération s’élève à 8,64 millions d’euros TTC., dont 2 millions d’euros de crédits européens sollicités auprès du programme Interreg pour la coopération transfrontalière.

Dans la ligne du fleuve

. « Le projet lauréat respecte nos attentes d’un bâtiment-signal, mais de style épuré à l’image de notre territoire », commente Gérard Hug, président de la communauté de communes. Allongé « à la manière d’une rivière dans le sens du Rhin », selon ses concepteurs, le bâtiment de 2 300 m2 abritera, en partie basse, divers services et une salle de spectacles de 450 places, surmontée d’un belvédère public accessible par une rampe douce de 4 %. Un parvis-agora doit créer l’animation « pour ne pas faire de notre territoire un simple lieu de passage », précise Gérard Hug.
Plus tard, l’aménagement du site et de ses environs doit se poursuivre par un centre tertiaire et une passerelle piétonne et cycliste sous maîtrise d’ouvrage publique ou privée.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X